Daisuke Kosugi
Satellite 12 : une programmation de Laura Herman
du 15 octobre 2019
au 12 janvier 2020
Concorde, Paris

Par le biais du cinéma, de la sculpture, de la performance et du texte, Daisuke Kosugi met au point des scénarios séduisants qui renferment un conflit sous-jacent entre la liberté personnelle et les systèmes. Que ce soit en décrivant la façon dont la créativité est minée par l’industrie créative à l’œuvre dans un marché du travail postfordiste, ou à travers un récit de créativité qu’on ne peut convertir en mesures de productivité culturelles ou économiques, Kosugi analyse ces combats à travers les vies d’individus. Ses films semi-autobiographiques entraînent le public dans des expériences intimes où le conflit est présenté de façon corporelle et émotionnelle.

À travers des couches de fiction et de non-fiction, il élabore un mode actif de visionnage, une méthode de récit développée à partir de son intérêt pour l’empathie et l’incommunicabilité de la douleur.

Daisuke Kosugi (1984, Tokyo) vit et travaille à Oslo. Avec Ina Hagen, il est le cofondateur de l’initiative Louise Dany à Oslo.
Parmi ses dernières expositions personnelles, on peut citer : « Dawning of the Dance Floor », Podium, Oslo (2015) et « Forgive Me For I Am Not Gentle » en duo avec Ina Hagen, INCA Seattle (2016). Son travail a été présenté au LIAF (Lofoten International Art Festival) en Norvège ; à CPH:DOX 2017 (Mention spéciale à NEW:VISION Award), à la 11e Biennale de Gwangju, en Corée-du-Sud (2016) et à la Konsthall de Malmö (2016). Il a été présélectionné pour les Grants for Emerging Artist de la DNB Savings Bank Foundation en 2016, l’Oslo Kunstforening et l’International Award of the Spring Exhibition 2016, Kunsthal Charlottenborg, Copenhague. En 2017, il a été en résidence au WIELS, à Bruxelles.



Commissaire : Laura Herman

Exposition présentée dans le cadre de la programmation Satellite coproduite par le Jeu de Paume,


le CAPC musée d’art contemporain de Bordeaux,



et le Musée Amparo de Puebla, Mexique.



L’Association des Amis du Jeu de Paume,


et l’Association des Amis du CAPC,
contribuent à la production des œuvres de cette programmation.

Le Jeu de Paume est membre des réseaux Tram et d.c.a, association française de développement des centres d'art.

Articles liés