Daniel Boudinet. Le temps de la couleur
Catalogue de l'exposition

Disparu trop tôt, en 1990, à l’âge de 45 ans, Daniel Boudinet – dont le fonds fut donné à l’État par sa famille un an après sa mort – a été injustement oublié. De son vivant, pourtant, ce jeune artiste passionné par les expérimentations photographiques expose dans les meilleures galeries et institutions artistiques françaises, entre dans de prestigieuses collections, est célébré par des intellectuels aussi importants que Roland Barthes ou le critique d’art Bernard Lamarche-Vadel.

Bien qu’il ait produit l’essentiel de son travail en noir et blanc, c’est dans le domaine de la couleur que, au long des années 1970 et 1980, Boudinet s’est montré le plus novateur. Ses séries nocturnes, d’une grande sobriété, affirment la primauté des choix esthétiques sur les potentialités techniques du médium photographique. Ceci est d’autant plus remarquable à une époque où le noir et blanc domine la discipline aussi bien du côté de la presse, pour des motifs économiques, que des artistes, inscrits dans une tradition historique fondée sur la géométrie, la déclinaison des gris et l’élaboration des contrastes.

Au-delà du parcours d’un artiste dont la palette, à l’instar de ses contemporains John Batho et Luigi Ghirri, se distingue des grands coloristes américains, cette redécouverte se veut l’occasion d’une réflexion sur la place et l’histoire de la couleur en photographie, notamment européenne.


Textes de Mathilde Falguière, Christian Caujolle et Bernard Lamarche-Vadel.
Coédition Jeu de Paume / Médiathèque de l’architecture et du patrimoine / Liénart.
192 pages. Prix de vente : 35 euros.



Achetez le catalogue sur www.librairiejeudepaume.org

Articles liés