fbpx
Header img
La Pieuvre 1928 Photogramme
Épreuve gélatino-argentique d'époque
© Les Documents Cinématographiques / Archives Jean Painlevé

Colloque

Journée d'étude cinémas et sciences (1/2)

au Conservatoire national des arts et métiers

Le 09 septembre 2022

de 10h à 18h

Jeu de Paume Hors-les-murs

Dans le cadre de l’exposition Jean Painlevé. Les pieds dans l’eau, le Jeu de Paume s’associe avec le Conservatoire national des arts et métiers pour organiser deux journées d’étude sur les relations entre cinémas et sciences. Cinéma scientifique, cinéma réalisé avec et pour les scientifiques, expériences cinématographiques contemporaines, lors de ces journées nous proposons un parcours historique qui révélera les entrecroisements de ces deux domaines, à travers les interventions de spécialistes des études du cinéma, des études des sciences ainsi que des artistes.

session 1

10h – 13h
Jean Painlevé et le Conservatoire national des arts et métiers dans les années 1930 : sciences, techniques et cinéma.

Avec les interventions de :

• Florence Riou (Rennes en Sciences)
« Jean Painlevé ou comment partager les sciences par le cinéma : des suites de l’affaire Dreyfus aux années trente »

Jean Painlevé va avoir à cœur, dans les années vingt et trente, de développer et diffuser le savoir scientifique par le cinéma, d’attiser la curiosité pour la diversité des formes, de faire aimer « l’inconnu ». Nous proposons d’aborder son parcours original, notamment au Cnam, à l’aune des prises de conscience qui font suite à l’affaire Dreyfus, où son père, éminent mathématicien, a joué un rôle important. Ceci en amont de la création du Palais de la découverte et du CNRS.

• Roxane Hamery (Maîtresse de conférences HDR en études cinématographiques, Université Rennes 2)
« Les Conférences de Jean Painlevé au Conservatoire national des arts et métiers en 1936-37 »

À l’automne 1937, Jean Painlevé, tout juste nommé Directeur du Centre du film du Cnam, débute une série de 20 conférences publiques et gratuites sur la technique cinématographique qui abordent aussi bien les progrès de la prise de vues microscopique et astronomique que ceux du relief ou du dessin animé.  Les techniques auxquelles Painlevé fait référence sont présentées par lui comme des atouts pour le développement du cinéma scientifique et industriel, mais il est très intéressant de noter que plusieurs d’entre elles sont aussi parallèlement expérimentées dans le domaine du cinéma-spectacle. Cette intervention proposera donc d’opérer une mise en perspective de ces deux champs trop souvent appréhendés de manière distincte, voire opposées, afin de mettre en évidence les liens qui unissent le cinéma, dans ses dimensions tout à la fois artistiques, techniques et industrielles.

Cette session s’inscrit aussi dans le cadre du séminaire « Histoire entrecroisée du Cnam et du cinéma » organisé par le laboratoire HT2S du Conservatoire national des arts et métiers

13h – 15h : Pause – Déjeuner

session 2

15h – 18h
Sciences et Cinémas dans les années 1930 : entre esthétique, technique, science et pédagogie.

Cette session est consacrée au regard porté sur le cinéma scientifique ou cinéma réalisé avec et pour les scientifiques. L’accent est mis sur la décennie 1930 pendant laquelle l’œuvre de Jean Painlevé s’affirme, dans un contexte foisonnant qui voit échanges, circulations, reprises entre scientifiques de terrain, de laboratoire, mais aussi artistes, techniciens du cinématographe, et enseignants. Loin d’être un genre à part entière, les cinéastes-scientifiques jouent d’une pluralité de registres en même temps qu’ils réfléchissent à des catégories qui, sans constituer des frontières étanches entre types de films, témoignent d’un souci de normer les productions et de faire correspondre les films à leurs usages et à leurs publics. Comment aujourd’hui considérer ces productions qui précèdent la constitution de genres cinématographiques aux normes et frontières plus stables ?

Les films présentés et commentés par Maria Ida Berbabei, Agnès Brard et Elsa de Smet montreront comment le regard porté sur les productions de cette période, des conditions de leur réalisation à la réception, témoigne d’une pluralité de lectures et d’approches.

Avec les interventions de :

• Maria Ida Bernabei (Università degli Studi di Udine / University of Udine, Studi Umanistici e del Patrimonio Culturale (DIUM))
« Germination du blé… Cristallisation… Films documentaires et, surtout, films d’avant-garde »

Expérimentation et esthétique dans les années 1920.
Par son inclusion systématique au sein de la programmation des nombreuses salles spécialisées et ciné-clubs qui naissent au cours de la deuxième moitié des années vingt dans les principales villes d’Europe, le film scientifique joue un rôle déterminant dans la construction de l’avant-garde cinématographique. Notamment en raison des techniques spécifiques qu’il développe – ralenti, accéléré, microcinématographie et prises de vues sous-marines – il peut revendiquer sa propre place dans la réflexion sur la spécificité du médium, tout en catalysant la définition de quelques concepts fondamentaux des théories esthétiques de l’époque. Pourquoi l’avant-garde est-elle si magnétiquement attirée par le film scientifique ?

• Agnès Brard (Centre François Viète)
« Quels films pour les mathématiques ? Le cas d’André Sainte-Laguë (1910-1937) »

André Sainte-Laguë (1882-1950) est un enseignant, chercheur en mathématiques fondamentales et appliquées et un vulgarisateur des sciences. L’image, notamment animée, est centrale dans tout son travail.
Dès les années 1910, il est sensibilisé à l’utilisation des films d’enseignement mathématique et réalise lui-même une dizaine de films sous le format de dessins animés en 1927. Parallèlement à ce travail, Sainte-Laguë participe à un ensemble de travaux d’aérodynamique pendant la Première Guerre Mondiale et dans les vingt ans qui suivent en mobilisant des techniques cinématographiques comme le cinématographe à bord ou la cinémitrailleuse à double objectif ou à cadre repère. Enfin, Sainte-Laguë, organisateur de la salle de mathématiques du Palais de la Découverte pour l’Exposition universelle de 1937, scénarise deux films de vulgarisation mathématique réalisés par Jean Painlevé et Achille-Pierre Dufour.
Dans chacun des cas, Sainte-Laguë collabore avec des contemporains dans le cadre de différentes institutions comme l’Association des Professeurs de Mathématiques (APMEP) ou le Conservatoire National des Arts et Métiers (Cnam) par exemple.

• Elsa De Smet, historienne de l’art (Centre Alexandre Koyré)
« Lucien Rudaux – astronome et illustrateur, scénographe des autres mondes »

Né en 1874, Lucien Rudaux appartient au cercle de la Société astronomique de France fondée par Camille Flammarion en 1882 et à une génération qui donnera son sens ontologique à l’astronomie populaire. Astronome autodidacte, il est également l’auteur des très nombreuses illustrations dont il enrichit ses publications puisqu’il a été formé à l’art de la représentation et du dessin par son père, lui-même héritier de l’École de Barbizon. C’est ainsi que Lucien Rudaux fabrique peu à peu, les premières vues d’artistes, qu’il met en scène la nature cosmique en reprenant les modèles rousseauistes des peintres naturalistes.

infos pratiques

Nous privilégions la participation en présentiel

Merci de vous inscrire auprès d’Émeline Vaudescal Lecouvreur, en précisant si vous souhaitez participer à la séance
• sur place
• à distance (un lien Teams vous sera communiqué par email)

Contact : emeline.vaudescal@lecnam.net

Ces journées d’études sont co-organisées par Catherine Radtka et Robert Nardone (Cnam-HT2S), Pia Viewing et Marta Ponsa (Jeu de Paume) dans le cadre de l’exposition Jean Painlevé, organisée en partenariat avec les Documents Cinématographiques/Archives Jean Painlevé.