fbpx
Header img
Etoy.Com, Toywar, 1999

Création en ligne

TOYWAR - ETOY.COM 1999

Dans le cadre de "Identités précaires. Cycle Side Effects"

Du 10 mars au 20 septembre 2011

Jeu de Paume en ligne

Toywar de Etoy.Com fait partie de l’exposition «Identités précaires Cycle Side Effects»  proposée par Christophe Bruno en collaboration avec Samuel Tronçon et Chrystelle Desbordes, pour l’espace virtuel du Jeu de Paume.

La « Toy War » a été lancée, en novembre 1999, comme acte de résistance contre le distributeur de jouets eToys Inc., l’une des plus importantes sociétés de e-commerce, qui avait attaqué en justice le groupe d’artistes etoy.com, sous prétexte que leur nom de domaine était trop proche du sien (etoys.com).

Grâce à un mouvement de mobilisation sans précédent de la communauté web, TOYWAR.com a pris à contre-pied les stratégies politiques habituelles. À la fois sur le web, dans les tribunaux et en bourse, l’etoy.CORPORATION et ses 1799 supporters ont forcé eToys à reculer. En retour de leur participation, les « agents TOYWAR » ont reçu des etoy.SHARES qui leur permettent de participer aux processus de prises de décisions quant à l’avenir d’etoy.CORPORATION.

etoy.CORPORATION

etoy.CORPORATION investit depuis 1994 dans la production de l’art, au-delà des dimensions traditionnelles. Son but est d’utiliser les ressources, outils ou moyens légaux de notre époque afin de créer une sculpture « corporate » – une société par actions basée à Zug (Suisse) qui n’a d’autre objectif que la valorisation culturelle.

etoy.CORPORATION est connue pour son rôle de pionnier dans l’art Internet (etoy.INTERNET-TANK-SYSTEM, en 1995), ses opérations controversées de détournement digital (kidnapping d’un million et demi d’utilisateurs de moteurs de recherche, en 1996), TOYWAR (la bataille de noms de domaine contre eToys.com), ou encore etoy.TANKS (bureaux mobiles et structures d’exposition dans des conteneurs standard de douze mètres de long).

etoy a notamment exposé au Palais de Tokyo (Paris), au National Art Museum of China (Pékin), à l’ICC (Tokyo), à l’ARCO (Madrid), à la Cittadellarte – Fondazione Pistoletto (Biella), à l’Ars Electronica (Linz), au Museum of Modern Art (San Francisco), à l’Art Museum (San Jose), au Postmasters (New York)…
http://www.etoy.com/
http://www.etoy.com/projects/