Mimmo Jodice
Mimmo Jodice 1978 Vera fotografia [Vraie photographie]
Tirage au gélatino-bromure d'argent sur papier baryté, avec écriture au stylo de la main de l'artiste
Courtesy Galerie Karsten Greve St. Moritz, Cologne, Paris
© Mimmo Jodice

À lire

Chronologie 1960-1975

Exposition Renverser ses yeux. Autour de l'arte povera

1960

3 mai : Exposition personnelle de Piero Manzoni, Corpi d’aria, à la galerie Azimut de Milan, dans laquelle sont présentés des ballons à gonfler et à placer sur un trépied, telle une sculpture. Les ballons sont fournis dans un emballage conçu par l’artiste. Il existe une variante, Fiato d’artista, où les ballons sont gonflés par l’auteur lui-même. Le 21 juillet, pour son exposition Consumazione dell’arte. Dinamica del pubblico. Divo rare l’arte, Piero Manzoni propose au public de manger des œufs durs sur lesquels il a apposé son empreinte digitale à l’encre. Prolongement du ready-made duchampien, cette action illustre le pouvoir symbolique de l’œuvre d’art en tant que communion directe entre l’artiste et son public.

1961

13 janvier : Action Sculture viventi de Piero Manzoni, réalisée pour le Filmgiornale SEDI à Milan, durant laquelle il signe le corps de modèles et de participants, puis leur délivre un certificat établissant qu’il·elle « a été signé·e par ma main et donc est considéré·e à partir de la date ci-dessous comme œuvre d’art authentique et véritable ». Autre œuvre qui se rapproche de cette idée, la Base magica – Scultura vivente est un simple socle sur lequel l’individu qui y prend place acquiert le statut d’œuvre d’art. De 1959 à 1961, Piero Manzoni est filmé par Gian Paolo Maccentelli durant la réalisation de quatre actions (Linee, Aree e sfere di gomma per opere d’arte, Divorare l’arte et Sculture viventi) dans le cadre des Cine- giornali, courts métrages projetés dans les cinémas avant les films.

12 août : Première apparition de Merda d’artista de Piero Manzoni dans l’exposition In villeggiatura da Pescetto à Albisola.

1962

Michelangelo Pistoletto réalise ses premiers Quadri specchianti (« Tableaux-miroirs »), qui seront exposés à la galerie Galatea à Turin du 27 avril au 14 mai 1963. Après avoir visité l’exposition, les galeristes parisiens Ileana et Michael Sonnabend décident de représenter l’artiste et le mettent en contact avec le galeriste new-yorkais Leo Castelli.

1963

6 février : Décès de Piero Manzoni à l’âge de 29 ans, des suites d’un infarctus, dans son atelier du 16 rue Fiori-Chiari, à Milan.

9 février : Inauguration du nouvel espace de la galerie La Tartaruga, piazza del Popolo à Rome. Cette galerie, fondée en 1954 par Plinio De Martiis, devient rapidement un lieu de rencontre et d’échange pour les intellectuels romains. Des artistes tels que Jannis Kounellis, Pino Pascali, Cesare Tacchi et Eliseo Mattiacci y font leurs débuts avec leur première exposition personnelle. Dans ce nouvel espace, De Martiis continue à exposer les artistes italiens auxquels il est lié, parmi lesquels Fabio Mauri ou Giosetta Fioroni.

Novembre : Création de la revue Marcatrè par Eugenio Battisti à Gênes, qui promeut une approche transversale et décloisonnée de l’art, convoquant aussi bien la littérature, la musique ou le design industriel que les arts visuels. Y collaborent de grands mais également le jeune Germano Celant, chargé des comptes rendus d’exposition. La revue cessera de paraître en novembre 1970 après soixante-deux numéros.

Publication de Piero Manzoni. Life and work, le testament artistique de l’artiste. Ce livre est considéré comme le premier livre d’artiste italien de la période.

1964

Mai : Inauguration de la galerie Gian Enzo Sperone à Turin avec l’exposition collective Rotella, Mondino, Pistoletto, Lichtenstein. Le galeriste expose de nombreux artistes étrangers, notamment américains, et participe à l’introduction du pop art américain en Italie. Il organise la première exposition personnelle d’Andy Warhol en Italie en 1965. À partir de 1966, le nombre d’artistes italiens exposés augmente, et notamment les protagonistes du futur arte povera, présentés en 1966 sous la catégorie environmental art.

Du 20 juin au 18 octobre : 32e Biennale d’art contemporain de Venise. Les artistes pop sont exposés dans le pavillon américain et Robert Rauschenberg remporte le Grand Prix de peinture.

1965

À partir du 11 novembre : Exposition personnelle de Giulio Paolini à la galerie Notizie à Turin. L’artiste présente ses premiers travaux purement photographiques, principalement des toiles émulsionnées qui explorent la figure de l’artiste, dont Académie 3.

Alighiero Boetti réalise une cinquantaine de dessins à l’encre de Chine représentant des objets manufacturés, souvent liés au monde des médias (caméras, microphones, appareils photographiques…). Cette série ne sera exposée qu’en 1981 à Paris, à la galerie Chantal Crousel.

1966

Janvier : Exposition personnelle de Luciano Fabro à la galerie Notizie à Turin, où l’artiste présente notamment In cubo, un cube dans lequel on se glisse – un espace neutre qui permet à l’artiste de se projeter. L’exposition est accompagnée d’un dépliant illustré de photographies de Giovanni Ricci.

Juin et juillet : Exposition Arte abitabile organisée à la galerie Gian Enzo Sperone à Turin qui marque « le début des expériences italiennes dans le domaine de l’environmental art, à travers la recherche d’un rapport total avec l’espace » (Germano Celant). Des travaux de Piero Gilardi, Gianni Piacentino et Michelangelo Pistoletto y sont présentés.

1967

Mars : Création de la revue bit par Daniela Palazzoli à Milan, en collaboration avec Germano Celant et Tommaso Trini. Cette revue mensuelle est un bulletin d’information traitant de la scène artistique italienne et internationale, illustré de photographies, dans lequel domine une esthétique psychédélique, en phase avec l’esprit de la contre-culture. Sa publication cessera en novembre 1968 après neuf numéros. Les principaux mouvements artistiques contemporains italiens y sont représentés, notamment l’arte povera, l’architettura radicale et les recherches autour de la poesia visiva.

13 avril : Inauguration de la galerie Il Diaframma, créée par Lanfranco Colombo à Milan, avec une exposition du photographe Paolo Monti. Cette galerie, l’une des premières consacrées exclusivement à la photographie en Italie, exposera dans les années suivantes Mario Cresci, Mimmo Jodice, Luigi Ghirri, Ugo Mulas ou encore Franco Vaccari.

Du 26 avril à courant septembre : Exposition Il museo sperimentale d’arte contemporanea conçue par Eugenio Battisti et Germano Celant à la GAM (Galleria Civica d’Arte Moderna et Contemporanea) de Turin. Cette exposition est organisée à partir d’un corpus d’œuvres par plus de deux cents artistes, réuni à partir de 1963 par l’historien de l’art Eugenio Battisti et confié en 1966 à la GAM. L’objectif est de rapprocher la création artistique de l’étude de l’art : ainsi, les œuvres sont présentées accompagnées de documents et de pièces d’archives.

Juin : Fondation du magazine Flash Art par Giancarlo Politi à Milan. Il s’agit d’un journal mensuel d’information sur l’art à grand tirage. Dans le numéro 5, paru en novembre 1967, Germano Celant publie l’article « Arte povera. Appunti per una guerriglia », manifeste du mouvement. Ce texte conteste l’aliénation de l’artiste par le marché de l’art et promeut une révolution esthétique et culturelle permettant à l’artiste de s’émanciper de l’œuvre en tant qu’objet.

À partir du 8 juin : Exposition Lo spazio degli elementi. Fuoco, immagine, acqua, terra à la galerie L’Attico à Rome, installée dans un appartement de la place d’Espagne. Les artistes y présentent des œuvres qui soulignent la convergence d’éléments naturels avec le monde artificiel. Cette exposition est souvent considérée comme le point de départ de l’arte povera. Elle rassemble des œuvres d’Umberto Bignardi, Mario Ceroli, Piero Gilardi, Jannis Kounellis, Pino Pascali, Michelangelo Pistoletto et Mario Schifano.

Du 2 juillet au 1er octobre : Exposition Lo spazio dell’immagine, conçue par Umbro Apollonio, Maurizio Calvesi, Giorgio De Marchis et Gillo Dorfles au Palazzo Trinci à Foligno (Ombrie). Prenant comme point de départ l’Ambiente spaziale de Lucio Fontana, présenté dans l’exposition, chaque artiste ou groupe d’artistes dis- pose d’une pièce du palais qu’il peut investir à sa guise. Mario Ceroli, Luciano Fabro, Eliseo Mattiacci, Pino Pascali et Michelangelo Pistoletto y participent. À un moment où de nombreux artistes opèrent une rupture avec les formes traditionnelles de représentation, cette recherche sur l’espace reçoit un grand écho. De nombreux journalistes, critiques et photographes relatent et documentent l’événement.

Du 27 septembre au 20 octobre : Exposition Arte povera – Im spazio conçue par Germano Celant à la galerie La Bertesca à Gênes. C’est à l’occasion de cette exposition que le terme arte povera, inventé par Germano Celant, fait son apparition. Alighiero Boetti, Luciano Fabro, Jannis Kounellis, Giulio Paolini, Pino Pascali et Emilio Prini sont exposés aux côtés d’artistes proches de leur esthétique, comme Mario Ceroli, Eliseo Mattiacci, Paolo Icaro ou Cesare Tacchi, tous rassemblés ici sous le terme im spazio, pour immagine spazio (« Espace de l’image »).

Décembre : Ouverture du Deposito d’arte presente à Turin. Ce lieu, autogéré par les artistes qui gravitent autour du galeriste Gian Enzo Sperone, est à la fois un espace de création, d’exposition et de vente des œuvres. Loin du white cube de la galerie ou du salon du collectionneur, ce nouveau type de lieu permet aux artistes d’expérimenter des formes de présentation inédites, mêlant par exemple œuvres plastiques et performances théâtrales. Il fermera ses portes en juin 1969.

À partir du 4 décembre : Exposition Con temp l’azione organisée par Daniela Palazzoli dans les galeries Christian Stein, Gian Enzo Sperone et Il Punto à Turin, avec notamment Giovanni Anselmo, Alighiero Boetti, Luciano Fabro, Mario Merz, Michelangelo Pistoletto et Gilberto Zorio. Le titre de l’exposition joue sur le mot contemplation, qui devient « avec le temps, l’action ». À cette occasion, Michelangelo Pistoletto réalise une performance où il déambule dans la ville avec son œuvre Scultura da passeggio, une gigantesque boule en papier.

Fondation du Studio 9702 par Luciano Giaccari à Varèse. Le studio rassemble des milliers de vidéos de Luciano Giaccari documentant, sur plus de quarante ans, la scène de l’avant-garde italienne. Giaccari a accompagné les artistes dans leur volonté de contrôle de la médiatisation de leurs œuvres performatives ou éphémères, jouant ainsi un rôle essentiel dans la reconnaissance de leurs travaux au cours des années 1970.

1968

Mars : Création de la revue Cartabianca par Fabio Sargentini, directeur de la galerie L’Attico à Rome. Les trois premiers numéros sont dirigés par Alberto Boatto, qui en fait un lieu de débat critique avec la participation d’Achille Bonito Oliva, Maurizio Calvesi ou Germano Celant. La revue cessera de paraître en mai 1969.

Du 6 au 31 mai : Exposition Il Teatro delle mostre conçue par Plinio De Martiis à la galerie La Tartaruga à Rome. Chaque jour, un artiste est invité à investir l’espace de la galerie avec un accrochage, une installation ou une action. Y participent entre autres Giosetta Fioroni, Laura Grisi, Fabio Mauri, Giulio Paolini, Emilio Prini et Paolo Icaro. Un catalogue est édité, préfacé par Maurizio Calvesi, accompagné de légendes d’Achille Bonito Oliva et illustré de photographies de Plinio De Martiis.

À partir du 15 juin : Faredisfarerifarevedere 0106768, exposition personnelle de Paolo Icaro à la galerie La Bertesca à Gênes. Le titre (« fairedéfairerefairevoir ») indique la qualité organique d’un processus créatif qui opère sans discontinuité. L’exposition est l’occasion d’une documentation photographique publiée dans la revue Pallone.

Du 22 juin au 20 octobre : 34e Biennale d’art contemporain de Venise. Pino Pascali y est invité, ainsi que Michelangelo Pistoletto. Quelques jours avant l’ouverture, l’événement est perturbé par des étudiants qui dénoncent l’instrumentalisation de l’art par les élites, ainsi que par une présence policière massive. La quasi-totalité des artistes italiens, ainsi que les Espagnols, les Français et les Scandinaves invités, retirent leurs œuvres des expositions ou font fermer leur pavillon.

Juillet : Publication du premier numéro de la revue Pallone, éditée par la galerie La Bertesca à Gênes. La revue publie des textes et des photographies réalisés par les artistes Pier Paolo Calzolari, Palo Icaro, Renato Mambor et Emilio Prini. Elle constitue un lieu d’expression pour ce groupe encore en formation : ils y montrent, par exemple, des photographies de voyages faits ensemble ou de souvenirs avec leurs amis.

28 septembre : Décès de Pino Pascali dans un accident de moto. Ses funérailles sont photographiées par Mario Cresci.

Du 4 au 6 octobre : Événement Arte povera più azioni povere organisé par Germano Celant dans le cadre de la 3e édition de la Rassegna internazionale delle arti figurative di Amalfi, créée par Marcello Rumma. L’événement rassemble des œuvres des artistes italiens déjà exposés par Germano Celant et quelques artistes étrangers (Richard Long, Jan Dibbets, Ger Van Elk…) présentées dans les arsenaux d’Amalfi, ainsi que des actions, parfois spontanées, disséminées dans toute la ville et des tables rondes entre artistes et critiques. De nombreux photographes et vidéastes dont Gerry Schum sont présents.

21 décembre : Inauguration du nouvel espace de la galerie L’Attico à Rome dans un garage de la via Beccaria avec la projection des films Libro di santi di Roma Eterna de Alfredo Leonardi et SKMP2 de Luca Maria Patella sur les figures de la scène artistique romaine, ainsi que d’un documentaire de Jean-Luc Godard et Jean-Pierre Prévost sur Mai 68.

1969

À partir du 14 janvier : Exposition Dodici cavalli vivi de Jannis Kounellis à la galerie L’Attico à Rome. Cet événement durant lequel l’artiste présente douze chevaux vivant dans les nouveaux locaux de la galerie L’Attico constitue l’une des propositions les plus marquantes de l’art italien de cette période.

À partir du 21 février : Exposition 2121969 de Giulio Paolini à la galerie De Nieubourg à Milan. Il y montre entre autres son Autoritratto sous les traits de Poussin, Giovane che guarda Lorenzo Lotto et Saffo. L’exposition est accompagnée d’un livre d’artiste dans lequel un texte de Paolini, donnant un titre et une clé de lecture, apparaît sur la reproduction de chaque œuvre.

Du 22 mars au 27 avril : Exposition Live in Your Head: When Attitudes Becomes Form conçue par Harald Szeemann à la Kunsthalle de Berne. Le commissaire réunit près de soixante-dix artistes internationaux pour cette exposition devenue mythique, qui vise à présenter l’art contemporain au-delà de l’art minimal. Les Italiens (Giovanni Anselmo, Alighiero Boetti, Pier Paolo Calzolari, Jannis Kounellis, Mario Merz, Michelangelo Pistoletto, Pino Pascali, Emilio Prini et Gilberto Zorio) constituent la nationalité la plus représentée après les Américains. Le catalogue de l’exposition comporte en introduction trois articles, dont un en italien, « Nuovo alfabeto per corpo e materia », rédigé par Tommaso Trini.

21 septembre : Événement Campo urbano: interventi estetici nella dimensione collettiva urbana, organisé par Luciano Caramel, Ugo Mulas et Bruno Munari à Côme. Quarante-deux artistes sont invités à présenter des installations, performances, concerts et happenings dans les rues de la ville. Les interventions permettent de questionner la place de l’art dans la société, sa capacité à répondre à des besoins et à proposer des solutions, parfois radicales ou polémiques. Cette journée est documentée dans un catalogue qui reproduit les photographies d’Ugo Mulas.

Germano Celant publie Arte povera, ouvrage essentiel dans l’affirmation de l’avant-garde internationale et la présence d’artistes italiens en son sein. Chaque artiste dispose de six pages qu’il occupe notamment par des photographies et documents soigneusement sélectionnés et mis en page. Les Italiens représentés sont Giovanni Anselmo, Alighiero Boetti, Pier Paolo Calzolari, Luciano Fabro, Jannis Kounellis, Mario Merz, Giulio Paolini, Giuseppe Penone, Michelangelo Pistoletto, Emilio Prini et Gilberto Zorio. Le livre paraît simultanément en Italie, en Allemagne, en Angleterre et aux États-Unis.

1970

Du 31 janvier au 28 février : Exposition Gennaio 70: comportamenti, progetti, mediazioni organisée par Renato Barilli, Maurizio Calvesi, Andrea Emiliani et Tommaso Trini au Museo Civico de Bologne. Pour cette initiative inédite, les commissaires prêtent aux artistes du matériel audiovisuel pour enregistrer des performances qui seront retransmises dans l’exposition sur des téléviseurs. Dans son compte rendu, Maurizio Calvesi explique que « la place jadis occupée dans les maisons par la peinture ou la gravure a été usurpée par le petit écran » et que cette substitution doit s’opérer également dans l’espace du musée. Giovanni Anselmo, Alighiero Boetti, Pier Paolo Calzolari, Gino De Dominicis, Luciano Fabro, Jannis Kounellis, Eliseo Mattiacci, Mario Merz, Giulio Paolini, Luca Maria Patella, Giuseppe Penone, Michelangelo Pistoletto, Emilio Prini, Gilberto Zorio participent à l’événement. Les vidéos ont malheureusement été perdues.

Juin : Fondation d’Information Documentation Archive (IDA) par Germano Celant et Ida Gianelli à Gênes, un centre de documentation sur l’art et l’architecture contemporains. En un an, mille cinq cents documents (diapositives, films, journaux, communiqués de presse, publications…) sont collectés et classés en trois catégories : arte povera, art conceptuel et land art.

Du 12 juin au 12 juillet : Exposition Conceptual art – arte povera – land art organisée par IDA à la GAM de Turin. Cette exposition de Germano Celant permet d’asseoir la reconnaissance internationale de l’arte povera en présentant le mouvement à l’égal des grands courants de l’art américain contemporain. Le catalogue, qui réunit les témoignages des artistes participant à l’exposition, est un document important dans l’histoire des avant-gardes des années 1970.

Du 30 juin au 30 septembre : Événement Amore mio organisé par un collectif d’artistes dirigé par Achille Bonito Oliva au Palazzo Ricci à Montepulciano. Il s’agit d’un véritable lieu de rencontre pour une communauté d’artistes qui favorise la mise en place d’un réseau d’influences mutuelles. Dans l’exposition, les participants sont invités à indiquer les noms des œuvres ou actions des autres artistes avec lesquelles ils entretiennent une affinité particulière.

Du 2 juillet au 20 septembre : Exposition Information organisée par Kynaston McShine au MoMA à New York, qui regroupe une centaine d’artistes internationaux, parmi lesquels Giulio Paolini, Giuseppe Penone, Michelangelo Pistoletto, Emilio Prini et Luciano Fabro. Pendant l’exposition sont également projetés le film SKMP2 de Luca Maria Patella ainsi que les vidéos des performances présentées pour Gennaio 70 à Bologne plus tôt dans l’année. La structuration des avant-gardes et leur institutionnalisation se mettent en place.

30 novembre : Gerry Schum diffuse le programme Identifications à la télévision en RFA. Après Land art, ce deuxième projet d’« exposition télévisuelle » montre des performances filmées par Gerry Schum et conçues en collaboration avec les artistes Giovanni Anselmo, Alighiero Boetti, Pier Paolo Calzolari, Gino De Dominicis, Mario Merz et Gilbero Zorio notamment.

Du 30 novembre 1970 au 31 janvier 1971 : Exposition Vitalità del negativo nell’arte italiana 1960/70 conçue par Achille Bonito Oliva au Palazzo delle Esposizioni de Rome. Cette grande exposition marque la reconnaissance institutionnelle des avant-gardes italiennes, alors que le Palazzo delle Esposizioni s’ouvre à l’art contemporain pour la première fois depuis la guerre. L’architecte Piero Sartogo propose une scénographie et un dispositif inspirés de ceux expérimentés dans les galeries les plus innovantes. Une dizaine de télévisions retransmettent à l’extérieur ce qui se déroule à l’intérieur du bâtiment, dans une véritable mise en scène de l’exposition elle-même. Graziella Lonardi Buontempo fonde, à cette occasion, les Incontri internazionali d’arte qui accompagnent l’institutionnalisation des avant-gardes italiennes par l’organisation d’expositions et d’événements.

Création de la galerie Multipli à Turin par Giorgio Persano. Active jusqu’en 1975, cette galerie a effectué un important travail sur la question du multiple, considéré alors comme le support d’une nouvelle recherche expressive. Giorgio Persano travaille avec les artistes de l’arte povera (Giovanni Anselmo, Alighiero Boetti, Pier Paolo Calzolari, Giulio Paolini, Giuseppe Penone, Michelangelo Pistoletto ou Gilberto Zorio), ainsi qu’avec quelques autres artistes conceptuels italiens (Salvo, par exemple).

1971

6 février : projection d’Identifications de Gerry Schum à la galerie Sperone, à Turin. La série est également diffusée les 19 et 20 février à la galerie L’Attico à Rome, les 3 et 4 mars à la galerie Toselli à Milan et le 16 mars à la galerie San Fedele dans la même ville, ainsi que lors de la Biennale de Venise de 1972.

6 juillet : Ouverture de la videosaletta de la galerie Diagramma à Milan, une salle de projection de vidéos, en partenariat avec le Studio 9702 de Luciano Giaccari. Des extraits de vidéos documentaires y sont projetés dans le but de rendre la vidéo non institutionnelle accessible au public.

Septembre : Création de la revue Data par Tommaso Trini à Milan. La revue, à laquelle participent nombre de critiques d’art engagés, veut tirer les conclusions de dix ans d’expérimentation artistique en Italie et tourner la page de Mai 68 pour penser un nouveau compromis entre artistes, critiques et galeristes. De nombreux artistes sont également invités pour s’exprimer dans les pages de la revue et la photographie y est très présente, à la fois comme œuvre et comme médium d’information. Dans le premier numéro, Germano Celant publie l’article « Book as artwork 1960/70 » qui préfigure l’intérêt croissant pour le livre d’artiste.

Du 24 septembre au 1er novembre : 7e Biennale de Paris, au Parc floral de Vincennes. La participation italienne est orchestrée par Achille Bonito Oliva, avec notamment Alighiero Boetti, Pier Paolo Calzolari, Gino De Dominicis, Luciano Fabro, Paolo Mussat Sartor, Jannis Kounellis, Giulio Paolini, Giuseppe Penone, Emilio Prini ou encore Gilberto Zorio. Le commissaire organise plusieurs sections qui couvrent tout le champ de la création : art conceptuel, théâtre, photographie, architecture, cinéma et musique. Giuseppe Penone expose Svolgere la propria pelle, tandis que Gilberto Zorio présente la série de photographies tirée de l’action Fludità Radicale, filmée par Gerry Schum l’année précédente dans le cadre de ses Identifications.

À partir de 1971, le Centro Studi e Archivio della Comunicazione (CSAC), créé par Arturo Carlo Quintavalle en 1968 au sein de l’université de Parme, organise des expositions de photographes américains, Diane Arbus, Lee Friedlander ou Joel Meyerowitz, pour faire connaître leur travail en Italie et pousser la recherche à s’en emparer. Le CSAC a joué un rôle fondamental dans la reconnaissance et l’institutionnalisation de la photographie, et plus généralement des langages des médias en Italie.

1972

Juin : Exposition TV out 1 organisée par Luciano Giaccari à Venise. Elle est composée de films diffusés sur des écrans de télévision dans les rues de Venise en partenariat avec la galerie Del Cavallino, l’un des rares lieux spécialisés dans la vidéo en Italie.

Juin et juillet : Exposition I denti del drago, vita e morte del libro nell’era post-gutemberghiana conçue par Daniela Palazzoli à la galerie L’Uomo e l’Arte à Milan, première exposition sur le livre d’artiste en Italie. Valorisant soixante-deux artistes et auteurs, l’exposition explore les transformations du livre au contact des médias de masse, passant de réceptacle du savoir à objet producteur de sensations visuelles, tactiles et olfactives.

Du 11 juin au 1er octobre : 36e Biennale d’art contemporain de Venise. Les artistes italiens sont présents dans plusieurs expositions conçues par Francesco Arcangeli, Renato Barilli, Gerry Schum et Daniela Palazzoli. Par ailleurs, dans l’exposition Opera o comportamento, Franco Vaccari installe une cabine de photomaton dans laquelle les visiteurs sont invités à se photographier puis à accrocher sur les murs leur portrait, remplissant progressivement l’espace. Cette Esposizione in tempo reale constitue une initiative d’un genre totalement nouveau où l’artiste, tout en effaçant sa présence, suscite un processus de création artistique autonome et anonyme. Gino De Dominicis y présente Seconda soluzione d’immortalità (l’universo è immobile), une installation faisant appel à Paolo Rosa, un jeune homme atteint de trisomie 21, assis avec le panneau Deuxième solution d’immortalité à ses pieds, quelques œuvres de l’artiste devant lui. L’œuvre fait scandale à cause de la participation du jeune homme dont le consentement ne peut être établi et la salle est fermée. Enfin, Ketty La Rocca présente Appendice per una supplica dans la section « Performance and Video-tape », organisée et produite en partie par Gerry Schum.

Du 30 juin au 8 octobre : Documenta 5 organisée par Harald Szeemann à Kassel. L’événement, qui est considéré comme la documenta la plus importante, invite les principales figures de la scène italienne à exposer (Alighiero Boetti, Pier Paolo Calzolari, Gino De Dominicis, Luciano Fabro, Jannis Kounellis, Mario Merz, Giulio Paolini, Giuseppe Penone, Vettor Pisani et Gilberto Zorio). La photographie y est très présente mais, comme à la Biennale de Venise, la critique ne s’en empare pas et traite plutôt des performances, du livre d’artiste ou de la vidéo.

Fin de l’année : Création du studio de production de vidéos Art/Tapes/22 par Maria Gloria Bicocchi à Florence. En mettant ses moyens à disposition des artistes italiens et étrangers (Gino De Dominicis, Jannis Kounellis, Giulio Paolini, Allan Kaprow), ce lieu favorise la production de près de cent cinquante vidéos en seulement quatre ans. À sa fermeture en 1976, les bandes vidéo et les archives du studio sont transférées à l’Archivio Storico delle Arti Contemporanee (ASAC) de la Biennale de Venise.

1973

Du 28 février à avril : Exposition Combattimento per un’ immagine – fotografi e pittori, conçue par Luigi Carlucci et Daniela Palazzoli à la GAM de Turin. L’exposition présente plus de cent cinquante artistes internationaux et quatre cents œuvres produites depuis l’invention de la photographie. La partie consacrée au xxe siècle est l’occasion pour Daniela Palazzoli d’établir un bilan des rapports entre photographie et peinture mettant en évidence l’usage récurrent de la photographie par les avant-gardes des années 1960. Cette exposition constitue l’un des moments essentiels de la reconnaissance artistique de la photographie en Italie.

2 mars : Décès d’Ugo Mulas. Au début du mois de mai commence sa rétrospective, Ugo Mulas. Immagini e testi, au Palazzo della Pilotta à Parme, sous le commissariat d’Arturo Carlo Quintavalle du CSAC. Pour la première fois, la série des Verifiche (1968-1972) est exposée dans son intégralité, aux côtés d’autres recherches de l’artiste.

Novembre : Création du Centro videoarte di Palazzo dei Diamanti, dirigé par Lola Bonora, au sein de la Galleria d’Arte Moderna e Contemporanea de Ferrare. Le centre collectionne jusqu’à quatre cent cinquante documents vidéo au croisement de la performance, de l’art conceptuel, du body art et du land art. Il s’agit de la première initiative publique concernant l’art vidéo en Italie, complétée par l’organisation du festival annuel U/Tape.

Du 29 novembre 1973 au 28 février 1974 : Exposition Contemporanea conçue par Achille Bonito Oliva dans le nouveau parking souterrain de la Villa Borghese à Rome avec plus de trois cent cinquante artistes internationaux. Cette exposition est répartie en dix sections : art, cinéma, théâtre, architecture et design, photographie, musique, danse, livres et disques d’artistes, poésie visuelle et concrète, information alternative. La section sur la photographie est dirigée par Daniela Palazzoli. L’art vidéo est quant à lui présent dans la section art, tandis que la section cinéma présente des films d’artistes.

1974

Du 10 mars au 28 avril : exposition Fotomedia organisée par Daniela Palazzoli au Museum am Ostwall de Dortmund. L’exposition se divise en deux sections composées d’artistes italiens ayant travaillé d’un côté avec la photographie et de l’autre avec la vidéo, notamment Pier Paolo Calzolari, Ketty La Rocca, Giulio Paolini, Claudio Parmiggiani et Franco Vaccari. L’exposition est également présentée à Milan du 24 mars au 13 avril 1975 à la Rotonda della Besana.

Juin : Commercialisation des premiers magnétoscopes en Italie.

Du 6 juillet au 8 septembre : Exposition Projekt ‘74 – Kunst Bleibt Kunst organisée par Marlies Guterich à la Kunsthalle de Cologne, portant sur la vidéo, le film et la performance avec de nombreux artistes internationaux, notamment Vito Acconci, Giovanni Anselmo, Mario Merz, Giulio Paolini, Giuseppe Penone, Salvo et Gilberto Zorio.

1975

31 mai : Performance Intellettuale de Fabio Mauri à la Galleria d’Arte Moderna de Bologne. L’artiste projette le film Il Vangelo secondo Matteo de Pier Paolo Pasolini sur le torse du réalisateur. Il s’agit de la première d’une série d’expositions impliquant des projections sur divers supports (corps nus, ventilateur, chaise, bâtiment…).

Décembre : Création de l’Istituto Nazionale per la Grafica, issu de la fusion du Gabinetto dei Disegni e delle Stampe et de la Calcografia Nazionale. Cette nouvelle institution a pour objectif de sauvegarder, inventorier et diffuser les biens culturels liés à toute technique de reproduction des images : estampe, photographie, cinéma, vidéo. Marina Miraglia, directrice de la section photographique, met en place une politique volontariste d’acquisitions qui soutient la création photographique contemporaine.

Chronologie établie par Flavio Rugarli

Nos sélections

Eblouissement

Eblouissement

Guy Bourdin

Guy Bourdin

Rineke Dijkstra

Rineke Dijkstra

Jean-Luc Moulène

Jean-Luc Moulène

Tony Oursler

Tony Oursler

Burlesques contemporains

Burlesques Contemporains

Chaplin et les images

Chaplin et les images

Croiser des mondes

Croiser des mondes

Michal Rovner

Michal Rovner

Ed Ruscha

Craigie Horsfield

Guide de l'exposition <em>Craigie Horsfield. Relation</em>

Craigie Horsfield

Ed Ruscha

Cindy Sherman

Cindy Sherman

Friedlander

Friedlander

Hôtel D

Victor Burgin

post-1

Alger, journal intense - Mustapha Benfodil

post-2

Visite-rencontre supermarché des images

Lartigue, l’émerveillé (1894-1986)

Photo / Graphisme

Photo / Graphisme

Muntadas. Entre / Between

Bilan 2016

Collège Octave Gréard de Paris. Classe de 3e

Des marches urbaines

Géopolitique des religions

Géopolitique des religions : les politiques de la croyance

Urbanismes entropiques

Urbanismes entropiques

Budapest

Dossier documentaire : André Kertész

Jordi Colomer

R. Frank / S. Ristelhueber / M. Garcia Torres

Bilan 2015

[Harun Farocki | Rodney Graham]

Planète Parr. La collection de Martin Parr

Lisette Model

Fellini, la Grande Parade / Francesco Vezzoli : "À chacun sa vérité"

Eco, 2008, Vasco Araújo

Vasco Araújo

Le Dadamètre 2002 - 2008, Christophe Bruno

Christophe Bruno

Motif de désorientation 2008, Angela Detanico et Rafael Lain

Angela Detanico et Rafael Lain

Robert Frank

Pork and Milk Israël, 2004

Valérie Mréjen

Sugar's Davenport, Iowa 2002

Alec Soth

Alloy, 2008, Virginie Yassef

Virginie Yassef

Sophie Ristelhueber

Today... (News From Kabul)

Mario García Torres

Vue de l'exposition

Jordi Colomer

Alma

Denis Savary

Vue de l'exposition

Eija-Lisa Ahtila

Airport

Mark Lewis

Constellations 2009 Agathe Snow

Agathe Snow

The Angelo Foundation: The Headquarters Andreas Angelidakis + Angelo Plessas

The Angelo Foundation

Schnittstelle [Section / Interface],

HF | RG

United Arab Emirates. Dubai. DIFC Gulf Art Fair 2007

Planète Parr

Les Amoureux de la Bastille

Willy Ronis

Photographie originale : © Ali Mobarek

Samuel Bianchini

Wasteful Illuminations

Tris Vonna-Michell

Federico Fellini, 8 ½

Fellini

Portrait surréaliste d'Anita Ekberg(avant et après La Dolce Vita)

Francesco Vezzoli

Wasteful Illuminations 2009 Tris Vonna-Michell

Elena Filipovic

Play for a Stage of the Natural Theatre of Cruelty

Mathilde Rosier

Reflection [Reflet]

Lisette Model

Les Inséparables

Esther Shalev-Gerz

Les Amoureux de la Bastille

Willy Ronis

Invisible Mending (still), from 7 Fragments for Georges Méliès,

William Kentridge

Célébration du premier anniversaire de l'indépendance du Kosovo,

Bruno Serralongue

KlaraLiden_KLunheimlich

Klara Lidén

Untitled (Bergen Kunsthall) / Jeu de Paume

Tomo Savic-Gecan

Alissa, discussion avec Miladus, Elon/120/211/501

Agnès de Cayeux

Autoportrait

André Kertész

Collectif Microtruc

Jeu de Paume

Marta Gili présente le Jeu de Paume

Société Réaliste

Communitas 2010 Aernout Mik

Aernout Mik

The Police Return to the Magic Shop

Alex Cecchetti et Mark Geffriaud

À l’étage

Jessica Warboys

Billes-Club Concordance Accident

France Fiction

Winter in Tembisa

Santu Mofokeng

Autoportrait

Claude Cahun

Saut de la barrière du jardin de la Salpêtrière

La République des amateurs

Audrey Cottin, soulevant

Audrey Cottin

Jimmy Robert :

Jimmy Robert

Bouncing Ball Time Exposure, 1958-1961, Berenice Abbott

Berenice Abbott (1898-1991)

Kati Horna dans le studio de József Pécsi

Kati Horna

Ai Weiwei avec la rockstar Zuoxiao Zuzhou dans l’ascenseur, placé en garde à vue par la police Sichuan, Chine août 2009

Ai Weiwei

JimmyRobert_09

Satellite 5

The Last Days of Watteau (Les Derniers jours de Watteau)

Tamar Guimarães

Sans Titre

Eva Besnyö (1910-2003)

Affiche de l'exposition

Laurent Grasso

Vignette_Barba_2

Rosa Barba

Portrait de Pierre Bourdieu

Pierre Bourdieu

La buena fama durmiendo (La Bonne Renommée endormie)

Manuel Álvarez Bravo

AMuntadas_09

Muntadas

Filipa César

Bichonnade

Lartigue (1894-1986)

Autoportrait, vers 1935, Laure Albin Guillot

Laure Albin Guillot (1879–1962)

Une exposition parlée Suite pour exposition(s) et publication(s), premier mouvement.

Une exposition parlée

The Encounter (La Rencontre) 2011 Adrian Paci

Adrian Paci

Une exposition sans textes – Suite pour exposition(s) et publication(s)

Une exposition sans textes

Une exposition – un événement Suite pour exposition(s) et publication(s), troisième mouvement.

Une exposition – un événement

Aterbearer [Porteuse d’eau]

Lorna Simpson

Île de Wight Angleterre, 1970, Bruno Réquillart

Bruno Réquillart

Voile mouillé

Erwin Blumenfeld (1897-1969)

Une exposition des collections – un événement Suite pour exposition(s) et publication(s), troisième mouvement.

Une exposition – des projections

Indice Nikkei, 2003-2013

Natacha Nisic. Écho

Longmont, Colorado

Robert Adams

Caravane

Mathieu Pernot

Similar

Natascha Sadr Haghighian

Aliento [Souffle]

Oscar Muñoz

Manifestations, rue Saint-Jacques

Gilles Caron

Albuquerque

Garry Winogrand

Aiguisage de la faux.

Nicolás Muller

Autoportrait

Florence Henri

Taryn Simon

Taryn Simon

MONOLOGUE

Vandy Rattana

Erin Gleeson, portrait filmé

Satellite 8 : Rallier le flot

Mongkut, 2015, Arin Rungjang

Arin Rungjang

Autoportrait à l'Icarette

Germaine Krull

Valérie Jouve

Rubber Man [L’Homme-caoutchouc]

Khvay Samnang

Sans Titre

Pierre de Fenoÿl

Letters from Panduranga

Nguyen Trinh Thi

Continuity (Diptych) [Continuité (Diptyque)]

Omer Fast

Autoportrait

Philippe Halsman

Jetée, Socoa, près de Saint-Jean-de-Luz,

Robert Capa

Mésoamérique : l'effet ouragan

Edgardo Aragón

Pintura habitada [Peinture habitée]

Helena Almeida

Aux sources de l‘énergie. Enseignes lumineuses.

François Kollar

Weather Forecast (Prévisions météo)

Guan Xiao

Se souvenir de la lumière

Joana Hadjithomas & Khalil Joreige

Dans le jardin

Josef Sudek

Mariage gitan

Sabine Weiss

Je suis du bord / I Belong to the Ship

Patrick Bernier & Olive Martin

No Shooting Stars [Il n’y aura pas d’étoiles filantes]

Basim Magdy

Shouting Men (détail)

Soulèvements [Uprisings]

De la série « Répertoire sociologique »

Zofia Rydet

Travaux d’assèchement du Zuyderzee

Eli Lotar

Interface

Peter Campus

Somniculus, 2017, Ali Cherri

Ali Cherri

Mercantile Novels

Oscar Murillo

Ismaïl Bahri

Ed van der Elsken

Black Demon [Black Demon]

Paz Errázuriz

Sensus Plenior

Steffani Jemison

Ali Kazma

Osei Bonsu

L’économie du vivant

Jumana Manna, portrait filmé

Jumana Manna

Centre du Congrès, Bienne, Suisse

Lucien Hervé

Raoul Hausmann tenant sa sculpture-assemblage L’Esprit de notre temps

Raoul Hausmann

Portrait de Susan Meiselas,

Susan Meiselas

Damir Očko

Damir Očko

Daphné Le Sergent

Daphné Le Sergent

Bouchra Khalili, Blackboard, Exposition, Jeu de Paume, 2018

Bouchra Khalili

Gordon Matta-Clark et Gerry Hovagimyan travaillant à Conical

Gordon Matta-Clark

Dorothea Lange au Texas sur les Plaines

Dorothea Lange

Portrait d’Ana Mendieta

Ana Mendieta

Apprendre la langue, (présent continu I) 2018 Alejandro Cesarco

Alejandro Cesarco

Anna & the Jester in Window of Opportunity

Julie Béna

Florence Lazar

Florence Lazar

Ritratto di Luigi Ghirri

Luigi Ghirri

Sally Mann with camera

Sally Mann

Marc Pataut

Portrait de Ben Thorp Brown

Ben Thorp Brown

Autoportrait Paris, 1927, André Kertész

André Kertész

Self-Portrait Jumping (1)

Peter Hujar

Zineb Sedira - portrait filmé

Zineb Sedira

A False Weight

Daisuke Kosugi

L'homme qui saute

René-Jacques

Amazon

Le supermarché des images

Le film qui vient à l’esprit

Aernout Mik / Société Réaliste

La République des amateurs

Nadar, la norme et le caprice

Émile Zola, photographe / André Kertész. L’intime plaisir de lire

D'une image à l'autre

Diane Arbus

Bilan 2010/2011 des activités en direction des publics scolaires

Photographies à l’œuvre /La reconstruction des villes françaises (1945-1958)

Bilan 2009

Usages et statuts des images dans la société contemporaine

"Berenice Abbott (1898-1991), photographies" / "Ai Weiwei. Entrelacs"

La reconnaissance de la photographie dans le domaine de l’art

Bilan 2011

L’Espace des réseaux

BilanActivitesScolaires_2011-2012

Bilan 2011/2012 des activités en direction des publics scolaires

Pierre Bourdieu. Images d’Algérie. Une affinité élective

Collège Jean Moulin, 93300 Aubervilliers

École Buffon, 92700 Colombes

École Championnet, 75018 Paris

Collège Couperin, 75004 Paris

École Fernand Labori, 75018 Paris

Bilan des activités éducatives 2012/2013, en direction des publics scolaires

Manuel Álvarez Bravo. Un photographe aux aguets (1902-2002)

Écrire l’histoire de la photographie au XXe siècle

École Sainte-Marie, 75018 Paris

Adrian Paci. vies en transit

Laure Albin Guillot (1879–1962), l’enjeu classique

Téléchargez le bilan 2012 en bas de page

Bilan 2012

Bruno Réquillart. Poétique des formes

Natacha Nisic. Écho

Erwin Blumenfeld (1897-1969). Photographies, dessins et photomontages

Vivian Maier (1926-2009), une photographe révélée

Bilan 2010

Robert Adams / Mathieu Pernot

Gilles Caron. Le conflit intérieur

Téléchargez le bilan 2013 en bas de page

Bilan 2013

Bilan 2013/2014 des activités éducatives en direction des publics enseignants et scolaires

Esther Shalev-Gerz

Inventer le possible. Une vidéothèque éphémère

Garry Winogrand

08-FM-composition-abstraite

Dossier documentaire : Florence Henri

Nicolás Muller (1913-2000). Traces d'un exil

Bilan 2014

Taryn Simon

Lycée Michelet, 92170 Vanves

Pierre de Fenoÿl (1945-1987). Une géographie imaginaire

Collège Edouard Herriot de Livry-Gargan

Collège Eugénie Cotton à Argenteuil

Bilan 2014/2015 des activités éducatives en direction des publics enseignants et scolaires

Philippe Halsman. Étonnez-moi !

Omer Fast.Le présent continue

Robert Capa et la couleur

Helena Almeida. Corpus

François Kollar. Un ouvrier du regard

Sabine Weiss

Que peuvent encore les images ?

Bilan 2015/2016 des activités éducatives en direction des publics enseignants et scolaires

Se souvenir de la lumière

Joana Hadjithomas et Khalil Joreige. Images, conflits et déplacements du regard

Soulèvements

Zofia Rydet. Répertoire, 1978-1990

peter campus

Eli Lotar

Dénouement

Ismaïl Bahri : Images qui adviennent / images en devenir

Lycée Louise Michel, Bobigny. Classe de 1ère STMG

Bilan 2016/2017 des activités éducatives en direction des publics enseignants et scolaires

En regard

Les Figures du soulèvement

Expressions citoyennes entre mots et images

Lycée Michelet, Vanves (92). Classe de 1ère L

Albert Renger-Patzsch. Les choses

Ali Kazma. Souterrain

Observatoire, Jaïpur, Inde

Lucien Hervé. Géométrie de la lumière

Susan Meiselas. Médiations

La Ville par un trou d’aiguille

La ville par un trou d'Aiguille

Regard dans le miroir

Raoul Hausmann. Un regard en mouvement

Bilan 2017

Daniel Boudinet. Le temps de la couleur

En quête de paysage

En quête de paysage

Les Belles Choses

Les Belles Choses

Bilan 2017/2018 des activités éducatives. Publics enseignants et scolaires

Ana Mendieta. Le Temps et l'histoire me recouvrent

Dorothea Lange. Politiques du visible

Jeu de Paume x Gobelins, l'école de l'image

Koen Wessing. L'Image indélébile

Florence Lazar. Tu crois que la terre est chose morte...

Luigi Ghirri. Cartes et territoires

Les Mains de Paul Arma

Dossier documentaire : L'équilibriste, André Kertész

Bilan2018

Bilan 2018

DD-Hujar-ZOOM

Peter Hujar Speed of Life

DD-ZinebSedira-ZOOM

Zineb Sedira L'espace d'un instant

DossierDocumentaire_RJ_ZOOM

René-Jacques. L'élégance des formes

Affiche-SUITE-zoom

Suite

Dossier Documentaire

Le supermarché des images

Jeu de Paume x Gobelins

Jeu de Paume x Gobelins, l'école de l'image

Bilan-educ-2019-20_ZOOM

Bilan 2018/2019 des activités éducatives. Publics enseignants et scolaires

Dossier documentaire de l'exposition Studio Zgorecki

Coup d'oeil

Coup d'oeil

Coup d'oeil : image et sport

Image et sport

Coup d'oeil : image et ville

Image et ville

Coup d'oeil : image et littérature

Image et littérature

Coup d'oeil : image et cuisine

Image et cuisine

Coup d'oeil : image et mode

Image et mode

Coup d'oeil : image et musique

Image et musique

Coup d'oeil : image et nature

Image et nature

Voyage #1

Le Jeu de Paume Lab

Sans titre

Portrait filmé Studio Zgorecki

Guide de l'exposition Michael Schmidt

Dossier documentaire Michael Schmidt

Guide cinéma Films d'Allemagne(s). 1978-2020

Portrait filmé de l'exposition Michael Schmidt

Portrait filmé de l'exposition "Chefs d'oeuvre du MoMA"

Self portrait with Karin, Schnackenburg

5 choses à savoir sur Michael Schmidt

Humainement impossible (autoportrait)

Guide de l'exposition Chefs-d'oeuvre du MoMA

Quelques notes sur Michael Schmidt

Classe

Dossier documentaire Chefs-d'oeuvre MoMA

Guide de l'exposition Travaux en cours

Le site web dédié à l'exposition  « Soulèvements » (2016 - 2017)

Photographie Adrien Chevrot

Voir le temps venir

Florence Henri, Autoportrait, 1938.

Le Miroir et l’identité de soi

Peter Hujar et la brève histoire de Newspaper.
Marcelo Gabriel Yáñez

Guerrilleres Talks

Programme Vivienne Dick

Guide de visite Exposition Thibaut Cuisset

Meeting Point #1 : Dork Zabunyan & Ali Kazma [FR/EN]

Meeting Point #2 Dork Zabunyan & Peter Szendy : Ausculter les images

Meeting Point #3 Dork Zabunyan & Marie Voignier : le regard suspendu

Meeting Point #4 Dork Zabunyan & Pierre Alain Trévelo

Meeting Point #5 Dork Zabunyan & Sandra Delacourt

Meeting Point #6 Comment les choses changent, avec Leslie Kaplan

Page de couverture de l'exposition Thibaut Cuisset

Dossier documentaire de l'exposition Thibaut Cuisset

Nancy Huston, Jardin des Tuileries, Paris, octobre 2019

« Sally Mann, Rongeuse de mythes »

Sally Mann, <em>Ponder Heart</em>, 2009, Tirage gélatino-argentique, Washington, National Gallery of Art, Fonds Alfred H. Moses et Fern M. Schad. © Sally Mann

« Sally Mann. Mille et un passages » [FR/EN]

Sally Mann, <em>Battlefields, Cold Harbor (Battle)</em>, 2003, Gelatin silver print. National Gallery of Art, Washington, Gift of the Collectors Committee and The Sarah and William L Walton Fund. © Sally Mann Sally Mann

Sally Mann : l'image élégiaque

Les invisibles de Sally Mann, par Étienne Helmer

Vers une écologie des images

Visite du Jeu de Paume en chantier

Jeu de Paume x Duperré

Partage d'expérience Ateliers enfants Ping-Pong

Ping-Pong

Peter Hujar à la lumière du genre. Une conversation dans l'exposition.

Michael Schmidt : le visage gris de Berlin

« Speed of Life »

Inquiétante étrangeté d’une surface gélatineuse

« L'Aéroport » Une nouvelle de Jean-Marc Ligny.

« On rêvera dans le jardin » Une nouvelle de Gabriela Damián Miravete.

« Préservation en tant que métamorphose » de Jota Mombaça

« Trois contes du futur antérieur » de Catherine Dufour

Marie Lechner : « Lena Söderberg, Jennifer Knoll & Jennifer Lopez »

Stéphanie Mahieu : RAZGOVORI. Conversations entre l'art et l'anthropologie. 

Joëlle Zask : L’effondrement du paysan américain, par Dorothea Lange

Podcasts Fata Morgana

Situations de Luigi Ghirri. Une conversation dans l'exposition

1, 2, 3.. Soleil !

Guide de visite du festival Fata Morgana

Dossier documentaire du festival Fata Morgana

Rapport d'activité 2019

Rapport d'activité 2020

Rapport d'activité 2021

Visite de Fata Morgana par les étudiant·e·s

Jeu de Paume X Atelier de Sèvres, bachelor Arts Visuels

Antonio Negri

Portrait filmé de l'exposition Marine Hugonnier

Jean Painlevé avec la Cameflex tenue par harnais conçu par Geneviève Hamon, Roscoff

Portrait filmé de l'exposition Jean Painlevé

Guide d'exposition Jean Painlevé

Guide d'exposition Marine Hugonnier

Programme Pedro Costa

Frank Horvat

Frank Horvat

vlcsnap-2024-02-21-02h13m04s219

Frank Horvat

Frank Horvat

Activité Ping-Pong, le programme enfants et familles

Ping-Pong

Renverser ses oreilles

Mimmo Jodice

Chronologie 1960-1975

Dossier documentaire Renverser ses yeux

Guide d'exposition Renverser ses yeux

DossierDoc-Autochromes-WEB

Dossier documentaire 1, 2, 3... Couleur !

Thomas Demand

Thomas Demand

Commentaires vidéos Thomas Demand

Thomas Demand

Thomas Demand

<em>Büro / Office</em>

Commentaires d'œuvres de Thomas Demand

Ping-Pong

Jeu de Paume X Atelier de Sèvres, Bachelor animation

Tracer le lieu, esquisser le lien

Matière à réflexions

Visites des apprenantes de l'E.M.A dans l'exposition <em>Renverser ses yeux</em>

Jeu de Paume X École Monique Apple

Rose Valland, héroïne de l'ombre

Rapport d'activité 2022

Frank Horvat

Johan van der Keuken

Frank Horvat

Frank Horvat

Johan van der Keuken

Johan van der Keuken

Guide des expositions Arina Essipowitsch et Julien Magre

Ping-Pong

Paris,

Dans l'œil du réalisateur Johan van der Keuken

New York underground

Abigail Solomon-Godeau : « L’art austère de Peter Hujar »

Le chant de Miriam Makeba

Zineb Sedira. L'espace d'un instant.

Sally Mann & Marc Pataut, regards croisés

Le Bain de Natacha

Un concert de Mathieu Bec

À propos des expositions d'été, par Quentin Bajac

Autour de Luigi Ghirri

Beppe Sebaste : « Extase de Luigi Ghirri »

Modena

Luigi Ghirri : « L'œuvre ouverte »

Un parcours commenté dans les images de Luigi Ghirri

Pourquoi cette photographie ?

Kodachrome de Luigi Ghirri

L’enquête grammaticale de Florence Lazar… car « rien n’est donné à l’avance. »

Japanese Children with Tags, Hayward, California, May 8 1942

Une conversation dans l'exposition « Dorothea Lange. Politiques du visible »

Dorothea Lange. Les camps de réinsertion pour migrants en zone rurale, Californie, 1935

La maison abandonnée de Dorothea Lange [FR/EN]

Migratory Cotton Picker, Eloy, Arizona

Dorothea Lange

Marta Segarra : « Le sexe et le texte. Quelques films autour d’Ana Mendieta »

Shelley Rice : Espaces changeants, frontières impossibles. Ana Mendieta et Liliana Porter.

Réminiscences d’une vie militante.

Sébastien Marot : Rope Bridge, feux croisés – trois phares de Gordon Matta-Clark

À table avec Gordon Matta-Clark !

Gordon Matta-Clark : graffitis

Gordon Matta-Clark : Conical Intersect

Isabelle Chesneau “I tell you, buildings must die”, Gordon Matta-Clark, artiste de la vie urbaine

Gordon Matta-Clark, Bronx Floor: Boston Road, 1972.

Lara Almarcegui, <i>Construction materials</i>, pavillon espagnol lors de la Biennale de Venise, 2013. Photo Ugo Carmeni © Lara Almarcegui

Résonances contemporaines de Gordon Matta-Clark. Par Erika Goyarrola Olano.

“Anarchitecture”. Une table ronde autour de l’œuvre de Gordon Matta-Clark

Autour d'Ana Mendieta

Bouchra Khalili. The Tempest Society.

Bouchra Khalili, Foreign Office, 2015

Bouchra Khalili X Gordon Matta-Clark

Jean-François Chevrier : “Retours et actualité de Raoul Hausmann”

Raoul Hausmann : Ibiza

Dune mobile de Raoul Hausmann

« Raoul Hausmann, une nouvelle histoire de l’art ? » par Cécile Bargues

Raoul Hausmann tenant sa sculpture-assemblage L’Esprit de notre temps

Raoul Hausmann : « La photographie moderne comme processus mental »

Un parcours dans l'exposition “Raoul Hausmann. Un regard en mouvement”

L'autoportrait de Susan Meiselas vu par Dominique Issermann

Muchachos attendant la riposte de la Garde nationale, Matagalpa, Nicaragua

Clara Bouveresse : “Susan Meiselas, passeuse d’images”

Une photographie proposée par le philosophe Étienne Helmer

Julia Margaret Cameron

Bernd Stiegler : Qu’est-ce que la photographie moderne ?

“Objectifs” d'Albert Renger-Patzsch

Un parcours parmi « les choses » d'Albert Renger-Patzsch

Les conséquences de la photographie

“Archivox” de Violaine Lochu

Ali Kazma et Jean-Michel Frodon

Ali Kazma présente “Past”

« Ali Kazma. Souterrain » : le montage d'une exposition

« La vie folle d'Ed van der Elsken » : les coups de cœur de Colin van Heezik

Paulien Oltheten : une interaction visuelle avec Ed van der Elsken

L'Amsterdam polychrome d'Ed van der Elsken

Van der Elsken : jazz

Ed van der Elsken. Un parcours en images.

Ed van der Elsken

Bye d'Ed van der Elsken présenté par Frédéric Worms

Erika Goyarrola Olano : « les adieux d'Ed van der Elsken »

Hripsimé Visser présente “Ed van der Elsken. La vie folle”

Jean-Christophe Bailly et Ismaïl Bahri

‘‘ils m’ont montré ce que je n’avais pas su voir... ’’

Ismaïl Bahri. Instruments

Carnet d'artiste

Eli Lotar, <i>Las Hurdes</i>, vers 1935

Jordana Mendelson : la vision dissidente d’Éli Lotar dans Terre sans pain de Luis Buñuel

Yve-Alain Bois : “Abattoir”

Eli Lotar - un parcours

Lotar / Krull : anticipations parisiennes

Ici, on ne s’amuse pas.

Where does any Miracle start? de Katarzyna Krakowiak Balka

James Benning, rétrospective

Angela Detanico & Rafael Lain : 25 / 24

A Place to Read,

Livret de traduction en français

Collectif Microtruc. Les Trucs

THE WEB 2.0 SUICIDE MACHINE - MODDR

ADM XI.

Victor Burgin

Julia Margaret Cameron

Victor Burgin

Victor Burgin

Julia Margaret Cameron

Capturer la beauté

Victor Burgin

Julia Margaret Cameron

REASSEMBLAGE - TRINH T. MINH-HA

ECOSYSTEM OF EXCESS - PINAR YOLDAS

KINDLEGLITCHER - BENJAMIN GAULON AKA RECYCLISM

KINDLEGLITCHER - BENJAMIN GAULON AKA RECYCLISM

Florentina Hubaldo, CTE

Les très riches heures

Mi piel, luminosa [Ma peau, lumineuse]

Les variations de Nicolás Pereda

Thomas Demand

Dans la chambre de Vanda, 2000 (c) Pedro Costa 1

Pedro Costa

Prendre soin - Autour des films de Haneda Sumiko

Films d'Allemagne(s). 1978-2020

Films d’Allemagne(s). 1978-2020

Guerrilleres Talks

Vivienne Dick

De la cage au cadre

Poème noir de Sylvain George, lu par Valérie Dréville. Avec l'aimable autorisation de l'auteur.

Ces voix qui nous soulèvent

Photo courtesy Sylvain George

Valérie Dréville lit La Vita Bruta de Sylvain George

Philippe Tancelin

“Ce qui nous soulève”. Le séminaire de Georges Didi-Huberman

“Soulèvements” : le montage

1

Penser les soulèvements

Marina Vinyes Albes : “Un bal de silhouettes”

Marie Losier. Confettis atomiques !

Ombres chinoises

Ombres chinoises

FK08

François Kollar. Un ouvrier du regard.

Tina Modotti

Bertille Bak

Tina Modotti

Bertille Bak

Tina Modotti / Bertille Bak