fig. 1 – Couverture du premier numéro de Newspaper, avril 1969

Archive magazine (2009 – 2021)

Peter Hujar et la brève histoire de Newspaper.
Marcelo Gabriel Yáñez

Le 2 janvier 1986, Peter Hujar couvrait les murs de la Gracie Mansion Gallery, au 167 avenue A, à New York, d’une double rangée de photos rassemblant au total soixante-dix tirages gélatino-argentiques en noir et blanc, en moyen format carré, sur des sujets divers : paysages, portraits, ruines, animaux, détritus, scènes aquatiques.

[EN]


Au premier abord, le regroupement d’images relevant de genres très différents oblige à se poser des questions : par exemple, pourquoi placer un gratte-ciel à côté d’une tête de vache, à côté d’un homme nu assis sur un lit ? Ces juxtapositions semblent peu orthodoxes si on les aborde selon l’habitude qui veut que les images entretiennent entre elles des liens thématiques et sont lues de gauche à droite. Avec le temps, cependant, ce mode de présentation des photos prend un sens étrange. Le spectateur est invité à entrer et sortir de la séquence en passant, dans n’importe quel ordre, de l’aspect « macro » de l’ensemble à l’aspect « micro » de telle ou telle image. Chaque allée et venue crée de nouveaux regroupements et de nouvelles associations. Ce qui relie ces images entre elles et rend cette grille si efficace, c’est une vision particulière du monde, où tout est mélangé. La cohésion de l’ensemble est rompue à son extrémité droite par deux images formellement semblables, appariées dans le sens horizontal : la première est un oiseau mort, les ailes déployées, qu’Hujar a photographié sur une plage en compagnie de David Wojnarowicz ; la seconde, un autoportrait en maillot de corps blanc, où les épaules du photographe reproduisent la ligne du contour de l’oiseau. L’exposition chez Gracie Mansion réunissait les fascinations d’Hujar pour des sujets disparates et faisait de leur convergence une prise de position personnelle sur sa façon de voir le monde. Mais ce n’était pas la première fois qu’il utilisait ce mode d’enchaînement pour réunir en un tout unifié des images appartenant à des genres très différents.

Vue de l’exposition « Peter Hujar. Speed of Life » au Jeu de Paume, 2019 © Jeu de Paume

Entre 1968 et 1971, en effet, Hujar avait publié quarante-quatre photographies dans un journal expérimental de format 23 x 34 pouces [58,4 x 86,4 cm], intitulé Newspaper, mais qui ne contenait pas le moindre texte (« no word » peut-on lire en couverture). Édité par Affinity, Reality, Communication Inc. dans un appartement situé au 188, 2e Avenue dans l’East Village, le journal, à ses débuts, ne crédite aucune des images. L’appartement, qui n’est pas mentionné dans la publication, est celui occupé, entre 1966 et 1973, par Hujar et son amant d’alors, Steve Lawrence, rédacteur en chef de Newspaper. Le journal connaît d’abord quatre numéros sans titre, puis un numéro sous le titre Ark, avant d’être officiellement numéroté et de prendre le nom de Newspaper en avril 1969 (fig. 1). Cette publication, qui est essentiellement le produit d’un cénacle gravitant autour d’Hujar et d’un cercle d’amis composé de photographes, peintres, musiciens, gens du spectacle et sculpteurs, rassemble les sujets, les intérêts et les œuvres disparates de la scène artistique de Downtown à New York. Au fil des ans, peut-être en raison de la crise du sida, d’un désintérêt du public ou de défections parmi les contributeurs du journal, du fait aussi d’un format éphémère qui se prête mal à l’archivage, Newspaper est tombé dans l’oubli. Il ne figurait même pas dans ce qui restait des archives d’Hujar. Dans leur état actuel, les numéros qui ont survécu jaunissent et se désagrègent à cause de l’acidité du papier. Consulter un numéro aujourd’hui constitue un véritable rituel : il faut un espace suffisant pour déployer ses immenses pages pliées en trois, et un engagement de tout le corps, notamment par les grands mouvements de bras nécessaires pour tourner les pages. Chaque fois que le rituel s’achève, des morceaux de papier se sont détachés des pages. Ma collection personnelle a été trouvée dans un placard. Oubliée dans les travaux consacrés à Hujar, cette publication se situe à un moment crucial de la carrière du photographe, et peut-être préfigure-t-elle ou influence-t-elle notablement le mode de présentation de ses œuvres, comme celui adopté lors de l’exposition chez Gracie Mansion1. Dans ce bref essai, j’examinerai attentivement le premier et le dernier numéro de Newspaper afin de mieux en faire ressortir l’esthétique particulière.

fig. 2 – Double page présentant un « Environnement » de Steve Lawrence dans le premier numéro de Newspaper, avril 1969

Les premiers exemplaires de ce qui allait devenir Newspaper ont probablement paru au milieu de l’année 1968. Sur un formulaire dans lequel Kynaston McShine, conservateur au Museum of Modern Art, demandait des détails à l’occasion de l’inclusion de Newspaper dans l’exposition « Information » en 1970, Steve Lawrence répond que le journal est sorti pour la première fois « à l’automne 68, dans 500 kiosques de New York, San Francisco, Los Angeles »2. Dans sa trajectoire, la publication est restée relativement fidèle à son esthétique, et si les symboles, motifs et œuvres des mêmes artistes reviennent avec une certaine régularité, la principale préoccupation d’Hujar et de Lawrence dans leur mise en page était de rassembler des images provenant de contextes disparates, puis de les mélanger et de les juxtaposer de manière à créer un sens et des correspondances par-delà le manque apparent de lien ou de distinction hiérarchique. Autrement dit, l’innovation de la publication réside dans la manière dont elle défend un mode de lecture chaotique des images. En cette fin des années 1960, dans le contexte du développement des médias, de la guerre du Viêtnam et des révolutions sociales et spirituelles de la contre-culture, ce chaos interrogeait la façon dont on lisait et dont on comprenait les images et les nouvelles.

Ce qui crée l’unité de chaque numéro, tout le temps que le journal a paru, c’est la présence d’une grille d’images trouvées, réunies sous le titre « Environnement » (fig.2). Si Hujar et Lawrence ont expérimenté ce concept dans leurs premières tentatives, c’est avec le premier numéro sous son titre officiel de Newspaper, à partir d’avril 1969, que la grille chaotique de cet Environnement trouve pleinement sa place en faisant la couverture (fig.1). Dans ce premier numéro, l’en-tête ressemble beaucoup à celui d’un tabloïd, et l’œil se déplace de haut en bas pour repérer des informations sur le prix, le numéro et la date. La fonte est une modification d’Arial en caractères gras. La dernière page et « l’ours » proposent un abonnement annuel à « six dollars par an ». Deux bébés singes regardent le lecteur à côté de Julia Child, d’une fourmi tueuse, du Maharishi Mahesh Yogi, d’un personnage en cire aux grands yeux perçants portant la croix de Jésus, d’un baiser, d’un couple nu enlacé, d’une femme tatouée et d’une jeune femme seins nus. Les images proviennent de sources disparates : National Geographic, Time, PBS, le film The Deadly Mantis [La chose surgit des ténèbres] de 1957, une publicité pour la Méditation transcendantale, peut-être un journal porno. L’immédiateté de chaque image crée un sentiment de surcharge. Toutes sont lues et vues en même temps, à la fois individuellement et collectivement dans leur juxtaposition.

fig. 3 – Tuli Kupferberg, poète anti-militariste et cofondateur du groupe The Fugs. Photographies de Peter Hujar, premier numéro de Newspaper, avril 1969
fig. 4 – Newspaper, N°1, avril 1969

Pour la première fois dans ce numéro, les crédits figurent dans le coin inférieur droit de chaque page, indiquant, dans une police en corps 10, le copyright, la date et le nom de l’artiste. Le numéro s’ouvre sur deux portraits inhabituels d’Hujar, peut-être commerciaux : dans le premier, Tuli Kupferberg, du groupe The Fugs, regarde l’objectif d’un air aguicheur ; dans le second, il sort un sablier de la poche de sa chemise et le présente au spectateur comme s’il se moquait de lui (fig. 3). Les pages qui suivent contiennent deux dessins de William Blake, deux portraits de Sheyla Baykal, un ensemble d’images tirées d’un film sur des villes utopiques hyper-futuristes, issues du « Museum of Modern Art Film Stills Archive » (fig. 4), et deux collages de Joseph Raffaele, ami et amant d’Hujar.

Bien que ces images ne manquent pas de force, le cœur de ce premier numéro de Newspaper est le collage, dans sa double page du milieu, réalisé par l’artiste britannique Gerald Laing (fig. 5). L’encadré en pointillé invite le lecteur à découper le journal, l’objectif du jeu proposé étant d’apparier chaque visage à l’empreinte du pénis qui lui correspond. Par sa nature sexuelle, ce jeu est une indication assez claire que la publication s’adresse à un milieu queer. L’identification des sujets par le joueur s’appuie sur la possibilité de liens de parenté, de relations sexuelles ou de rumeurs. L’histoire de ce collage m’a été racontée par Michael Findlay (le sujet A.), qui a identifié le reste du groupe comme étant : B., Gerard Malanga (poète et acteur de Warhol) ; C., Bill Katz ; D., Steve Lawrence ; E., Gerald Laing (l’artiste) ; F., Jack Mitchell (photographe) ; G., Billy Sullivan (artiste) ; H., inconnu ; I., Ronald Winston (héritier des joaillers Harry Winston) et K. Bob Pavlik (compagnon de Jack Mitchell)3. Selon Findlay, tous ces hommes couchaient avec des hommes. Toutefois, dans une correspondance par courriel à propos de ce numéro, Gerard Malanga affirme n’avoir jamais réalisé d’empreinte de son sexe et n’avoir jamais vu cette double page4.

fig. 5 – Newspaper, N°1, avril 1969

Cette page de jeu est suivie d’un portrait non crédité d’un caniche – qui rappelle les photos de chiens d’Hujar –, en regard d’un autre « Environnement » de Steve Lawrence (fig. 6). Dans l’angle supérieur gauche, les images sont regroupées formellement autour du thème des « jumeaux monstrueux » : des jumeaux siamois, des jumeaux sans jambes et sans bras sur un tandem, deux femmes nues actionnant une machine. Ces images côtoient celle de deux hommes nus qui s’enlacent et s’embrassent, elle-même juxtaposée à la gueule d’un ours hurlant et agressif, d’un château magique, d’une tête écrasée par une enclume, d’une personne qui entre dans un cercueil et, enfin, du cosmos. Cette page peut être lue de multiples façons – sous forme ou non de récits –, mais il semble qu’elle véhicule clairement un message sur l’homosexualité, et sur sa relation perçue avec l’idée de pratique « aberrante ».

fig. 6 – Newspaper, N°1, avril 1969

Dans les dernières pages, Sheyla Baykal présente une autre séquence d’images : une danseuse de cabaret nue dans les coulisses, puis en spectacle, probablement un précurseur de la Palm Casino Revue de Baykal, deux dessins de Lucas Samaras et un autre par Elizabeth Staal, une jeune amie de Lawrence, originaire de Parsons, et un portrait de groupe par Richard Avedon où l’on voit notamment Allen Ginsberg jeune et Peter Orlovsky (fig. 7). Les images de ce premier numéro sont fortes, et elle s’inscrivent dans la fécondité contre-culturelle psychédélique à la veille des émeutes de Stonewall : on notera en particulier les portraits par Hujar de Kupferberg en train de crier, l’utopisme des images tirées d’un film, la double page de l’Environnement de Lawrence, le jeu des empreintes de sexes, l’évocation de l’Enfer de William Blake et ses illustrations de L’Enfer de Dante. Avec ce premier numéro, Newspaper crée une dynamique entre la lecture visuelle d’un quotidien populaire et celle d’une revue d’artistes. Il joue avec l’idée que les artistes bousculent les systèmes de valeurs en place ; ils consomment les nouvelles, déplacent et déconstruisent le récit officiel, adoptent le caractère jetable et éphémère du quotidien pour l’élever en œuvre d’art et, dans le même temps, démystifient l’œuvre d’art pour en faire quelque chose de périssable. Jusqu’à la fin de la publication, Lawrence et Hujar poursuivront ce jeu qui consiste à traiter l’art en déchet et le déchet en art. Cette tension entre les significations de l’art et celles du déchet est d’ailleurs clairement thématisée dans un ensemble de Polaroïds trouvés dans les archives du Museum of Modern Art.

fig. 7 – Newspaper, N°1, avril 1969

Dans ces archives, en effet, au-dessus du dossier « Newspaper », une enveloppe jaunie de format standard porte l’annotation : « Avril, cela vient aussi de Newspaper »5. Elle contient vingt Polaroïds en voie de décoloration qui documentent le déplacement d’un numéro de Newspaper dans des quartiers de Midtown à Manhattan (fig. 8). On voit le journal posé près des portes de Tiffany’s, jeté dans la rue, lu par des adeptes d’Hare Krishna, froissé, écrasé et piétiné par une paire de talons hauts. Ses pages flottent et volent dans les rues de Manhattan, se dispersant en quête de nouveaux environnements. Une pile se dresse devant la bibliothèque publique de New York ; un exemplaire est lu par un chauffeur de bus, un autre est soufflé en travers des marches du Metropolitan Museum of Art à côté d’un tas de New York Times. Des photographies de Diane Arbus, Hujar et Peter Beard sont déchirées au milieu de détritus urbains, en même temps que le visage de Richard Nixon et une sérigraphie représentant un morceau de viande.

Des images aujourd’hui célèbres sont rendues éphémères. Les photographies au Polaroïd ont été prises, probablement par Lawrence ou Hujar, à l’occasion de l’inclusion de Newspaper dans l’exposition historique organisée en 1970 par Kynaston McShine sous le titre « Information », exposition qui entendait dresser un bilan, au niveau international, des débuts de l’art conceptuel et de son rapport à l’évolution des technologies médiatiques. Les photographies de l’installation montrent le dernier numéro de Newspaper, dans son format 23 x 34 pouces, vol. II, n°3, déconstruit et étalé du sol au plafond en une grande grille d’images (fig. 9)6. Les Polaroïds sont disposés à côté, de même qu’une planche contact qui ne figure plus dans les archives de l’exposition. La juxtaposition de Newspaper et des Polaroïds dans le White Cube du MoMA crée une tension, dans l’espace muséal, entre ce qui est signifié en tant qu’objet d’art et, simultanément, en tant que déchet éphémère dans la rue. Mais surtout, elle dit quelque chose de la façon dont la chose imprimée se déplace et dont elle est consommée et manipulée physiquement par les humains. Les Polaroïds montrent de quelle façon les images de la publication existent dans l’espace public et font partie de l’environnement urbain.

Courtesy MoMA, Archives
de l’exposition « Information », 1970
Papers. 6.172
Newspaper, Other Arts, Stephen Lawrence,
Series.Folder: IV. 62

Le « numéro du musée7», vol. II, n° 3, est, à bien des égards, radicalement différent des autres numéros de Newspaper. Il abandonne l’éclectisme, le chaos et la juxtaposition d’œuvres d’art et de médiums qui caractérisaient jusqu’ici la publication pour mieux répondre au fil conducteur de l’exposition, c’est-à-dire à une demande d’œuvres qui s’inscrivent dans un dialogue international plus général sur la nature des systèmes de communication dans un « village global » en expansion8. Le numéro spécial de Newspaper présente quatre Environnements de plus que les précédents numéros, et les images d’artistes qui formaient la base du journal cèdent en grande partie la place à des photographies de presse et à des œuvres plus politiquement engagées, qui s’approprient elles-mêmes des images de presse : la garde nationale prenant d’assaut l’université d’État du Kent, Nixon, Martin Luther King, un étudiant muni de son diplôme, l’affiche « Why Babies ? » du massacre de My Lai au Viêtnam et la Convention nationale démocrate à Chicago. La majorité des photographies sont le produit d’une diffusion de masse, c’est-à-dire des images que tout Américain pouvait voir dans Life, sur les chaînes ABC et CBS, et dans les journaux locaux. Elles constituent l’environnement, au sens propre, le langage visuel unifié à travers lequel la société perçoit la réalité. Au total, le numéro comprend cinq doubles pages par des artistes, et parmi ceux déjà publiés, Lawrence recycle une double page d’Arbus tirée de Ark, deux images ethnographiques de Peter Beard et une photo prise par Hujar lors d’un roadtrip à travers la Virginie-Occidentale avec Ann Wilson et Jim Fouratt. En supprimant presque toutes les « œuvres d’art », le numéro du musée semble reposer entièrement sur le principe des images trouvées, celles des Environnements de Lawrence.

fig. 9 – Exposition « Information », 2 juillet 1970 – 20 septembre 1970. Archive photo. The Museum of Modern Art, Archives, New York. Photographie James Mathews.

Cet effort de synthétisation de Newspaper en un « Environnement » permet de découvrir, avec une clarté plus nuancée, les micro- et les macro-correspondances dans la maquette de la publication. Une fois le numéro démantelé et accroché au mur, il devient clair en effet que la mise en page de cet Environnement – qui oblige le spectateur à regarder toutes les images en même temps – est celle qui construisait l’ensemble des numéros de Newspaper, chacun donnant l’impression d’être conçu pour être démonté et perçu comme une grille imposante, et évoquer dans sa globalité un mode de consommation des images. De la même façon, à la Gracie Mansion Gallery en 1986, Hujar a organisé l’accrochage de ses photographies selon un principe de juxtaposition, et ce mode de lecture est celui que l’on retrouve dans l’exposition « Information ». Le spectateur entre et sort de chaque image. Il peut vouloir se concentrer sur une image en particulier, mais la proximité des autres images l’oblige à en sortir et à voir autre chose. Les appariements fluides se font par groupes de deux, trois, quatre images, etc., ou sur la totalité de la grille. Quand le numéro est démonté et présenté comme il l’était au MoMA, on comprend mieux le choix du type de format : un grand format non relié, qui fait de Newspaper un emballage permettant de transporter et de monter une exposition. Dans sa version déconstruite – c’était l’une des façons de le voir –, le journal occupait physiquement un espace important et devenait une sorte de performance à durée limitée. À la fin, on pouvait jeter les pages. Quarante ans plus tard, celles qui restent se désagrègent. Le MoMA conserve deux numéros de Newspaper, bien pliés dans une boîte avec d’autres papiers. Dans le catalogue, ces numéros apparaissent non comme des objets d’art mais comme de simples documents liés à l’exposition « Information ».

Newspaper a cessé de paraître en 1971, avec un dernier numéro différent des précédents. Dans un entretien accordé à Village Voice, Steve Lawrence estime même que ce numéro ne fait pas partie de l’édition officielle du journal9. Publié pour accompagner l’arrivée de Sylvester au sein de The Cockettes – troupe de théâtre genderfuck de San Francisco –, il avait été commandé à Lawrence et Hujar par l’agent publicitaire des Cockettes, Danny Fields, en préparation d’une série de représentations à New York pendant le mois de novembre 1971. Le numéro a été rapidement monté et bouclé pour pouvoir être distribué à l’entracte.
Après la tournée des Cockettes, toutefois, Lawrence se fâche avec Hujar, et les deux hommes se séparent en divisant leur appartement commun à l’aide d’une cloison10 En 1973, Hujar emménage de l’autre côté de la rue, au 189, 2e Avenue, dans un loft qui avait été occupé par Jackie Curtis. Il y aménage une chambre noire et y installe un studio. Plus tard, il cèdera cet appartement à David Wojnarowicz. En 1979 ou en 1980, Steve Lawrence, fatigué de la vie new-yorkaise, retourne dans son Texas natal11. Tard un soir, en zonant dans Christopher Street, Hujar tombe sur le photographe Stanley Stellar, qui lui demande : « Tu sais que Stevie Groovy est mort ? »12 Selon une pierre tombale trouvée sur la base de données findagrave.com, Steve Lawrence serait décédé le 22 octobre 1983 au Texas, peut-être, selon ses amis, des conséquences du sida. Aux États-Unis, en cette année 1983, le nombre de décès imputés au VIH a officiellement atteint le chiffre de 230413.

Peter Hujar, quant à lui, décède le 26 novembre 1987 de complications liées au sida. L’exposition à la Gracie Mansion Gallery, en 1986, a donc été sa dernière exposition de son vivant, mais on peut dire qu’elle a marqué un point culminant dans sa carrière en rassemblant des photographies qui couvraient l’ensemble de son œuvre. Bien que Newspaper puisse apparaître comme une parenthèse, son engagement dans ce projet se situe à un moment crucial où il veut choisir entre la photographie commerciale et une photographie artistique plus personnelle. La scène artistique de l’East Village change, avec l’émergence de formes post-psychédéliques de théâtre, de musique et de cinéma et en 1972, un déclic se produit chez Hujar, qui abandonne définitivement la photographie commerciale pour mener la vie d’un véritable artiste. Une vie de misère, aux dires de ceux qui l’ont bien connu.

Marcelo Gabriel Yáñez
Traduit de l’anglais par Jean-François Allain

Marcelo Gabriel Yáñez (né en 1996 à San Juan, Porto Rico, USA) est photographe et chercheur. Il est actuellement en doctorat au Département d’art et d’histoire de l’art de l’Université de Stanford, Palo Alto, Californie. En juillet 2018, il fut commissaire associé de l’exposition “The Unflinching Eye: The Symbols of David Wojnarowicz” à la Mamdouha Bobst Gallery de la NYU Library.

01. Joel Smith, Peter Hujar: Speed of Life, New York, Aperture, 2017, p. 22-23.
02. Kynaston McShine Information Exhibition Research IV.62, The Museum of Modern Art Archives, New York. Cette allégation d’une distribution dans 500 kiosques à journaux est difficile à vérifier, mais elle semble hautement improbable compte tenu de la rareté des exemplaires qui subsistent et de la réglementation régissant la distribution de la presse à l’automne 1968, qui ne permettait qu’à quelques publications indépendantes d’être présentes sur les deux côtes des États-Unis. Le Whole Earth Catalog, qui sort également à l’automne 1968, est l’une des premières publications de la contre-culture à contourner les lois limitant la distribution en kiosque sur les deux côtes. Pour ces raisons, John Wilcock créa en 1966, avec d’autres, le Underground Press Syndicate pour distribuer des tabloïds et des journaux alternatifs. Il est possible que Newspaper ait fait partie de ce réseau, l’un des derniers numéros du journal ayant été imprimé en Californie chez Straight Arrow Press de Jann Wenner.
03. Michael Findlay, courriel à l’auteur, 7/11/17.
04. Gerard Malanga, courriel à l’auteur, 14/11/17.
05. Kynaston McShine Information Exhibition Research IV.62, The Museum of Modern Art Archives, New York.
06. 2 juillet 1970 – 20 septembre 1970. Photographic Archive. The Museum of Modern Art Archives, New York. IN934.31. Photo James Mathews.
07. Kynaston McShine Information Exhibition Research IV.62, The Museum of Modern Art Archives, New York. « Je prépare un film en seize millimètres sur le “numéro du musée”, que j’aimerais présenter à la place des quatorze piles de journaux. Le film sera simplement la présentation de l’intégralité du journal recto-verso, en plein cadre, avec, de temps en temps, un bras qui tourne les pages (quelques secondes de pause sur chaque page). J’aimerais vendre des numéros en librairie, mais j’ai décidé de ne pas distribuer de numéros gratuits. […] Ce serait bien qu’on se parle mardi. J’aurai plus d’informations. Steve ».
08. Dans une critique de « Information », Gregory Battcock s’étend sur ce problème d’une exposition qui présente presque exclusivement des œuvres réalisées spécifiquement pour l’occasion, plutôt que des œuvres préexistantes. Voir Gregory Battcock, « Informative Exhibition at the Museum of Modern Art », Arts Magazine no 44, été 1970.
09. « Just Pictures », The Village Voice, 2 juin 1975. Consulté via https://bit.ly/38qALiL
10. Joel Smith, courriel à l’auteur, mars 2016.
11. Wichita Falls Times Record, 25 octobre 1983. Consulté à la bibliothèque publique de Wichita Falls.
12. Stanley Stellar, entretien avec l’auteur, octobre 2017. Stanley et Steve se sont rencontrés à l’âge de 19 ans, en zonant tard le soir dans Christopher Street. Le surnom de « Groovy » tient apparemment au fait que Steve faisait un emploi excessif de ce mot [au sens de « super », « vachement bien ! »]. Stellar ne sait pas exactement qui a appris à Hujar la mort de Lawrence.
13. http://www.factlv.org/timeline.htm

Nos sélections

Eblouissement

Eblouissement

Guy Bourdin

Guy Bourdin

Rineke Dijkstra

Rineke Dijkstra

Jean-Luc Moulène

Jean-Luc Moulène

Tony Oursler

Tony Oursler

Burlesques contemporains

Burlesques Contemporains

Chaplin et les images

Chaplin et les images

Croiser des mondes

Croiser des mondes

Michal Rovner

Michal Rovner

Ed Ruscha

Craigie Horsfield

Guide de l'exposition <em>Craigie Horsfield. Relation</em>

Craigie Horsfield

Ed Ruscha

Cindy Sherman

Cindy Sherman

Friedlander

Friedlander

L'Événement

L'Événement

Pierre et Gilles, double je

Pierre et Gilles

Steichen, une épopée photographique

Steichen. Une épopée photographique

UltralabTM

UltralabTM

Eija-Liisa Ahtila

Eija-Liisa Ahtila

Hôtel D

Victor Burgin

post-1

Alger, journal intense - Mustapha Benfodil

post-2

Visite-rencontre supermarché des images

Lartigue, l’émerveillé (1894-1986)

Photo / Graphisme

Photo / Graphisme

Muntadas. Entre / Between

Bilan 2016

Collège Octave Gréard de Paris. Classe de 3e

Des marches urbaines

Géopolitique des religions

Géopolitique des religions : les politiques de la croyance

Urbanismes entropiques

Urbanismes entropiques

Budapest

Dossier documentaire : André Kertész

Jordi Colomer

R. Frank / S. Ristelhueber / M. Garcia Torres

Bilan 2015

[Harun Farocki | Rodney Graham]

Planète Parr. La collection de Martin Parr

Lisette Model

Fellini, la Grande Parade / Francesco Vezzoli : "À chacun sa vérité"

Eco, 2008, Vasco Araújo

Vasco Araújo

Le Dadamètre 2002 - 2008, Christophe Bruno

Christophe Bruno

Motif de désorientation 2008, Angela Detanico et Rafael Lain

Angela Detanico et Rafael Lain

Robert Frank

Pork and Milk Israël, 2004

Valérie Mréjen

Sugar's Davenport, Iowa 2002

Alec Soth

Alloy, 2008, Virginie Yassef

Virginie Yassef

Sophie Ristelhueber

Today... (News From Kabul)

Mario García Torres

Vue de l'exposition

Jordi Colomer

Alma

Denis Savary

Vue de l'exposition

Eija-Lisa Ahtila

Airport

Mark Lewis

Constellations 2009 Agathe Snow

Agathe Snow

The Angelo Foundation: The Headquarters Andreas Angelidakis + Angelo Plessas

The Angelo Foundation

Schnittstelle [Section / Interface],

HF | RG

United Arab Emirates. Dubai. DIFC Gulf Art Fair 2007

Planète Parr

Les Amoureux de la Bastille

Willy Ronis

Photographie originale : © Ali Mobarek

Samuel Bianchini

Wasteful Illuminations

Tris Vonna-Michell

Federico Fellini, 8 ½

Fellini

Portrait surréaliste d'Anita Ekberg(avant et après La Dolce Vita)

Francesco Vezzoli

Wasteful Illuminations 2009 Tris Vonna-Michell

Elena Filipovic

Play for a Stage of the Natural Theatre of Cruelty

Mathilde Rosier

Reflection [Reflet]

Lisette Model

Les Inséparables

Esther Shalev-Gerz

Les Amoureux de la Bastille

Willy Ronis

Invisible Mending (still), from 7 Fragments for Georges Méliès,

William Kentridge

Célébration du premier anniversaire de l'indépendance du Kosovo,

Bruno Serralongue

KlaraLiden_KLunheimlich

Klara Lidén

Untitled (Bergen Kunsthall) / Jeu de Paume

Tomo Savic-Gecan

Alissa, discussion avec Miladus, Elon/120/211/501

Agnès de Cayeux

Autoportrait

André Kertész

Collectif Microtruc

Jeu de Paume

Marta Gili présente le Jeu de Paume

Société Réaliste

Communitas 2010 Aernout Mik

Aernout Mik

The Police Return to the Magic Shop

Alex Cecchetti et Mark Geffriaud

À l’étage

Jessica Warboys

Billes-Club Concordance Accident

France Fiction

Winter in Tembisa

Santu Mofokeng

Autoportrait

Claude Cahun

Saut de la barrière du jardin de la Salpêtrière

La République des amateurs

Audrey Cottin, soulevant

Audrey Cottin

Jimmy Robert :

Jimmy Robert

Bouncing Ball Time Exposure, 1958-1961, Berenice Abbott

Berenice Abbott (1898-1991)

Kati Horna dans le studio de József Pécsi

Kati Horna

Ai Weiwei avec la rockstar Zuoxiao Zuzhou dans l’ascenseur, placé en garde à vue par la police Sichuan, Chine août 2009

Ai Weiwei

JimmyRobert_09

Satellite 5

The Last Days of Watteau (Les Derniers jours de Watteau)

Tamar Guimarães

Sans Titre

Eva Besnyö (1910-2003)

Affiche de l'exposition

Laurent Grasso

Vignette_Barba_2

Rosa Barba

Portrait de Pierre Bourdieu

Pierre Bourdieu

La buena fama durmiendo (La Bonne Renommée endormie)

Manuel Álvarez Bravo

AMuntadas_09

Muntadas

Filipa César

Bichonnade

Lartigue (1894-1986)

Autoportrait, vers 1935, Laure Albin Guillot

Laure Albin Guillot (1879–1962)

Une exposition parlée Suite pour exposition(s) et publication(s), premier mouvement.

Une exposition parlée

The Encounter (La Rencontre) 2011 Adrian Paci

Adrian Paci

Une exposition sans textes – Suite pour exposition(s) et publication(s)

Une exposition sans textes

Une exposition – un événement Suite pour exposition(s) et publication(s), troisième mouvement.

Une exposition – un événement

Aterbearer [Porteuse d’eau]

Lorna Simpson

Île de Wight Angleterre, 1970, Bruno Réquillart

Bruno Réquillart

Voile mouillé

Erwin Blumenfeld (1897-1969)

Une exposition des collections – un événement Suite pour exposition(s) et publication(s), troisième mouvement.

Une exposition – des projections

Indice Nikkei, 2003-2013

Natacha Nisic. Écho

Longmont, Colorado

Robert Adams

Caravane

Mathieu Pernot

Similar

Natascha Sadr Haghighian

Aliento [Souffle]

Oscar Muñoz

Manifestations, rue Saint-Jacques

Gilles Caron

Albuquerque

Garry Winogrand

Aiguisage de la faux.

Nicolás Muller

Autoportrait

Florence Henri

Taryn Simon

Taryn Simon

MONOLOGUE

Vandy Rattana

Erin Gleeson, portrait filmé

Satellite 8 : Rallier le flot

Mongkut, 2015, Arin Rungjang

Arin Rungjang

Autoportrait à l'Icarette

Germaine Krull

Valérie Jouve

Rubber Man [L’Homme-caoutchouc]

Khvay Samnang

Sans Titre

Pierre de Fenoÿl

Letters from Panduranga

Nguyen Trinh Thi

Continuity (Diptych) [Continuité (Diptyque)]

Omer Fast

Autoportrait

Philippe Halsman

Jetée, Socoa, près de Saint-Jean-de-Luz,

Robert Capa

Mésoamérique : l'effet ouragan

Edgardo Aragón

Pintura habitada [Peinture habitée]

Helena Almeida

Aux sources de l‘énergie. Enseignes lumineuses.

François Kollar

Weather Forecast (Prévisions météo)

Guan Xiao

Se souvenir de la lumière

Joana Hadjithomas & Khalil Joreige

Dans le jardin

Josef Sudek

Mariage gitan

Sabine Weiss

Je suis du bord / I Belong to the Ship

Patrick Bernier & Olive Martin

No Shooting Stars [Il n’y aura pas d’étoiles filantes]

Basim Magdy

Shouting Men (détail)

Soulèvements [Uprisings]

De la série « Répertoire sociologique »

Zofia Rydet

Travaux d’assèchement du Zuyderzee

Eli Lotar

Interface

Peter Campus

Somniculus, 2017, Ali Cherri

Ali Cherri

Mercantile Novels

Oscar Murillo

Ismaïl Bahri

Ed van der Elsken

Black Demon [Black Demon]

Paz Errázuriz

Sensus Plenior

Steffani Jemison

Ali Kazma

Osei Bonsu

L’économie du vivant

Jumana Manna, portrait filmé

Jumana Manna

Centre du Congrès, Bienne, Suisse

Lucien Hervé

Raoul Hausmann tenant sa sculpture-assemblage L’Esprit de notre temps

Raoul Hausmann

Portrait de Susan Meiselas,

Susan Meiselas

Damir Očko

Damir Očko

Daphné Le Sergent

Daphné Le Sergent

Bouchra Khalili, Blackboard, Exposition, Jeu de Paume, 2018

Bouchra Khalili

Gordon Matta-Clark et Gerry Hovagimyan travaillant à Conical

Gordon Matta-Clark

Dorothea Lange au Texas sur les Plaines

Dorothea Lange

Portrait d’Ana Mendieta

Ana Mendieta

Apprendre la langue, (présent continu I) 2018 Alejandro Cesarco

Alejandro Cesarco

Anna & the Jester in Window of Opportunity

Julie Béna

Florence Lazar

Florence Lazar

Ritratto di Luigi Ghirri

Luigi Ghirri

Sally Mann with camera

Sally Mann

Marc Pataut

Portrait de Ben Thorp Brown

Ben Thorp Brown

Autoportrait Paris, 1927, André Kertész

André Kertész

Self-Portrait Jumping (1)

Peter Hujar

Zineb Sedira - portrait filmé

Zineb Sedira

A False Weight

Daisuke Kosugi

L'homme qui saute

René-Jacques

Amazon

Le supermarché des images

Le film qui vient à l’esprit

Aernout Mik / Société Réaliste

La République des amateurs

Nadar, la norme et le caprice

Émile Zola, photographe / André Kertész. L’intime plaisir de lire

D'une image à l'autre

Diane Arbus

Bilan 2010/2011 des activités en direction des publics scolaires

Photographies à l’œuvre /La reconstruction des villes françaises (1945-1958)

Bilan 2009

Usages et statuts des images dans la société contemporaine

"Berenice Abbott (1898-1991), photographies" / "Ai Weiwei. Entrelacs"

La reconnaissance de la photographie dans le domaine de l’art

Bilan 2011

L’Espace des réseaux

BilanActivitesScolaires_2011-2012

Bilan 2011/2012 des activités en direction des publics scolaires

Pierre Bourdieu. Images d’Algérie. Une affinité élective

Collège Jean Moulin, 93300 Aubervilliers

École Buffon, 92700 Colombes

École Championnet, 75018 Paris

Collège Couperin, 75004 Paris

École Fernand Labori, 75018 Paris

Bilan des activités éducatives 2012/2013, en direction des publics scolaires

Manuel Álvarez Bravo. Un photographe aux aguets (1902-2002)

Écrire l’histoire de la photographie au XXe siècle

École Sainte-Marie, 75018 Paris

Adrian Paci. vies en transit

Laure Albin Guillot (1879–1962), l’enjeu classique

Téléchargez le bilan 2012 en bas de page

Bilan 2012

Bruno Réquillart. Poétique des formes

Natacha Nisic. Écho

Erwin Blumenfeld (1897-1969). Photographies, dessins et photomontages

Vivian Maier (1926-2009), une photographe révélée

Bilan 2010

Robert Adams / Mathieu Pernot

Gilles Caron. Le conflit intérieur

Téléchargez le bilan 2013 en bas de page

Bilan 2013

Bilan 2013/2014 des activités éducatives en direction des publics enseignants et scolaires

Esther Shalev-Gerz

Inventer le possible. Une vidéothèque éphémère

Garry Winogrand

08-FM-composition-abstraite

Dossier documentaire : Florence Henri

Nicolás Muller (1913-2000). Traces d'un exil

Bilan 2014

Taryn Simon

Lycée Michelet, 92170 Vanves

Pierre de Fenoÿl (1945-1987). Une géographie imaginaire

Collège Edouard Herriot de Livry-Gargan

Collège Eugénie Cotton à Argenteuil

Bilan 2014/2015 des activités éducatives en direction des publics enseignants et scolaires

Philippe Halsman. Étonnez-moi !

Omer Fast.Le présent continue

Robert Capa et la couleur

Helena Almeida. Corpus

François Kollar. Un ouvrier du regard

Sabine Weiss

Que peuvent encore les images ?

Bilan 2015/2016 des activités éducatives en direction des publics enseignants et scolaires

Se souvenir de la lumière

Joana Hadjithomas et Khalil Joreige. Images, conflits et déplacements du regard

Soulèvements

Zofia Rydet. Répertoire, 1978-1990

peter campus

Eli Lotar

Dénouement

Ismaïl Bahri : Images qui adviennent / images en devenir

Lycée Louise Michel, Bobigny. Classe de 1ère STMG

Bilan 2016/2017 des activités éducatives en direction des publics enseignants et scolaires

En regard

Les Figures du soulèvement

Expressions citoyennes entre mots et images

Lycée Michelet, Vanves (92). Classe de 1ère L

Albert Renger-Patzsch. Les choses

Ali Kazma. Souterrain

Observatoire, Jaïpur, Inde

Lucien Hervé. Géométrie de la lumière

Susan Meiselas. Médiations

La Ville par un trou d’aiguille

La ville par un trou d'Aiguille

Regard dans le miroir

Raoul Hausmann. Un regard en mouvement

Bilan 2017

Daniel Boudinet. Le temps de la couleur

En quête de paysage

En quête de paysage

Les Belles Choses

Les Belles Choses

Bilan 2017/2018 des activités éducatives. Publics enseignants et scolaires

Ana Mendieta. Le Temps et l'histoire me recouvrent

Dorothea Lange. Politiques du visible

Jeu de Paume x Gobelins, l'école de l'image

Koen Wessing. L'Image indélébile

Florence Lazar. Tu crois que la terre est chose morte...

Luigi Ghirri. Cartes et territoires

Les Mains de Paul Arma

Dossier documentaire : L'équilibriste, André Kertész

Bilan2018

Bilan 2018

DD-Hujar-ZOOM

Peter Hujar Speed of Life

DD-ZinebSedira-ZOOM

Zineb Sedira L'espace d'un instant

DossierDocumentaire_RJ_ZOOM

René-Jacques. L'élégance des formes

Affiche-SUITE-zoom

Suite

Dossier Documentaire

Le supermarché des images

Jeu de Paume x Gobelins

Jeu de Paume x Gobelins, l'école de l'image

Bilan-educ-2019-20_ZOOM

Bilan 2018/2019 des activités éducatives. Publics enseignants et scolaires

Dossier documentaire de l'exposition Studio Zgorecki

Coup d'oeil

Coup d'oeil

Coup d'oeil : image et sport

Image et sport

Coup d'oeil : image et ville

Image et ville

Coup d'oeil : image et littérature

Image et littérature

Coup d'oeil : image et cuisine

Image et cuisine

Coup d'oeil : image et mode

Image et mode

Coup d'oeil : image et musique

Image et musique

Coup d'oeil : image et nature

Image et nature

Voyage #1

Le Jeu de Paume Lab

Sans titre

Portrait filmé Studio Zgorecki

Guide de l'exposition Michael Schmidt

Dossier documentaire Michael Schmidt

Guide cinéma Films d'Allemagne(s). 1978-2020

Portrait filmé de l'exposition Michael Schmidt

Portrait filmé de l'exposition "Chefs d'oeuvre du MoMA"

Self portrait with Karin, Schnackenburg

5 choses à savoir sur Michael Schmidt

Humainement impossible (autoportrait)

Guide de l'exposition Chefs-d'oeuvre du MoMA

Quelques notes sur Michael Schmidt

Classe

Dossier documentaire Chefs-d'oeuvre MoMA

Guide de l'exposition Travaux en cours

Le site web dédié à l'exposition  « Soulèvements » (2016 - 2017)

Photographie Adrien Chevrot

Voir le temps venir

Florence Henri, Autoportrait, 1938.

Le Miroir et l’identité de soi

Peter Hujar et la brève histoire de Newspaper.
Marcelo Gabriel Yáñez

Guerrilleres Talks

Programme Vivienne Dick

Guide de visite Exposition Thibaut Cuisset

Meeting Point #1 : Dork Zabunyan & Ali Kazma [FR/EN]

Meeting Point #2 Dork Zabunyan & Peter Szendy : Ausculter les images

Meeting Point #3 Dork Zabunyan & Marie Voignier : le regard suspendu

Meeting Point #4 Dork Zabunyan & Pierre Alain Trévelo

Meeting Point #5 Dork Zabunyan & Sandra Delacourt

Meeting Point #6 Comment les choses changent, avec Leslie Kaplan

Page de couverture de l'exposition Thibaut Cuisset

Dossier documentaire de l'exposition Thibaut Cuisset

Nancy Huston, Jardin des Tuileries, Paris, octobre 2019

« Sally Mann, Rongeuse de mythes »

Sally Mann, <em>Ponder Heart</em>, 2009, Tirage gélatino-argentique, Washington, National Gallery of Art, Fonds Alfred H. Moses et Fern M. Schad. © Sally Mann

« Sally Mann. Mille et un passages » [FR/EN]

Sally Mann, <em>Battlefields, Cold Harbor (Battle)</em>, 2003, Gelatin silver print. National Gallery of Art, Washington, Gift of the Collectors Committee and The Sarah and William L Walton Fund. © Sally Mann Sally Mann

Sally Mann : l'image élégiaque

Les invisibles de Sally Mann, par Étienne Helmer

Vers une écologie des images

Visite du Jeu de Paume en chantier

Jeu de Paume x Duperré

Partage d'expérience Ateliers enfants Ping-Pong

Ping-Pong

Peter Hujar à la lumière du genre. Une conversation dans l'exposition.

Michael Schmidt : le visage gris de Berlin

« Speed of Life »

Inquiétante étrangeté d’une surface gélatineuse

« L'Aéroport » Une nouvelle de Jean-Marc Ligny.

« On rêvera dans le jardin » Une nouvelle de Gabriela Damián Miravete.

« Préservation en tant que métamorphose » de Jota Mombaça

« Trois contes du futur antérieur » de Catherine Dufour

Marie Lechner : « Lena Söderberg, Jennifer Knoll & Jennifer Lopez »

Stéphanie Mahieu : RAZGOVORI. Conversations entre l'art et l'anthropologie. 

Joëlle Zask : L’effondrement du paysan américain, par Dorothea Lange

Podcasts Fata Morgana

Situations de Luigi Ghirri. Une conversation dans l'exposition

1, 2, 3.. Soleil !

Guide de visite du festival Fata Morgana

Dossier documentaire du festival Fata Morgana

Rapport d'activité 2019

Rapport d'activité 2020

Rapport d'activité 2021

Visite de Fata Morgana par les étudiant·e·s

Jeu de Paume X Atelier de Sèvres, bachelor Arts Visuels

Antonio Negri

Portrait filmé de l'exposition Marine Hugonnier

Jean Painlevé avec la Cameflex tenue par harnais conçu par Geneviève Hamon, Roscoff

Portrait filmé de l'exposition Jean Painlevé

Guide d'exposition Jean Painlevé

Guide d'exposition Marine Hugonnier

Programme Pedro Costa

Frank Horvat

Frank Horvat

vlcsnap-2024-02-21-02h13m04s219

Frank Horvat

Frank Horvat

Activité Ping-Pong, le programme enfants et familles

Ping-Pong

Renverser ses oreilles

Mimmo Jodice

Chronologie 1960-1975

Dossier documentaire Renverser ses yeux

Guide d'exposition Renverser ses yeux

DossierDoc-Autochromes-WEB

Dossier documentaire 1, 2, 3... Couleur !

Thomas Demand

Thomas Demand

Commentaires vidéos Thomas Demand

Thomas Demand

Thomas Demand

<em>Büro / Office</em>

Commentaires d'œuvres de Thomas Demand

Ping-Pong

Jeu de Paume X Atelier de Sèvres, Bachelor animation

Tracer le lieu, esquisser le lien

Matière à réflexions

Visites des apprenantes de l'E.M.A dans l'exposition <em>Renverser ses yeux</em>

Jeu de Paume X École Monique Apple

Rose Valland, héroïne de l'ombre

Rapport d'activité 2022

Frank Horvat

Johan van der Keuken

Frank Horvat

Frank Horvat

Johan van der Keuken

Johan van der Keuken

Guide des expositions Arina Essipowitsch et Julien Magre

Ping-Pong

Paris,

Dans l'œil du réalisateur Johan van der Keuken

New York underground

Abigail Solomon-Godeau : « L’art austère de Peter Hujar »

Le chant de Miriam Makeba

Zineb Sedira. L'espace d'un instant.

Sally Mann & Marc Pataut, regards croisés

Le Bain de Natacha

Un concert de Mathieu Bec

À propos des expositions d'été, par Quentin Bajac

Autour de Luigi Ghirri

Beppe Sebaste : « Extase de Luigi Ghirri »

Modena

Luigi Ghirri : « L'œuvre ouverte »

Un parcours commenté dans les images de Luigi Ghirri

Pourquoi cette photographie ?

Kodachrome de Luigi Ghirri

L’enquête grammaticale de Florence Lazar… car « rien n’est donné à l’avance. »

Japanese Children with Tags, Hayward, California, May 8 1942

Une conversation dans l'exposition « Dorothea Lange. Politiques du visible »

Dorothea Lange. Les camps de réinsertion pour migrants en zone rurale, Californie, 1935

La maison abandonnée de Dorothea Lange [FR/EN]

Migratory Cotton Picker, Eloy, Arizona

Dorothea Lange

Marta Segarra : « Le sexe et le texte. Quelques films autour d’Ana Mendieta »

Shelley Rice : Espaces changeants, frontières impossibles. Ana Mendieta et Liliana Porter.

Réminiscences d’une vie militante.

Sébastien Marot : Rope Bridge, feux croisés – trois phares de Gordon Matta-Clark

À table avec Gordon Matta-Clark !

Gordon Matta-Clark : graffitis

Gordon Matta-Clark : Conical Intersect

Isabelle Chesneau “I tell you, buildings must die”, Gordon Matta-Clark, artiste de la vie urbaine

Gordon Matta-Clark, Bronx Floor: Boston Road, 1972.

Lara Almarcegui, <i>Construction materials</i>, pavillon espagnol lors de la Biennale de Venise, 2013. Photo Ugo Carmeni © Lara Almarcegui

Résonances contemporaines de Gordon Matta-Clark. Par Erika Goyarrola Olano.

“Anarchitecture”. Une table ronde autour de l’œuvre de Gordon Matta-Clark

Autour d'Ana Mendieta

Bouchra Khalili. The Tempest Society.

Bouchra Khalili, Foreign Office, 2015

Bouchra Khalili X Gordon Matta-Clark

Jean-François Chevrier : “Retours et actualité de Raoul Hausmann”

Raoul Hausmann : Ibiza

Dune mobile de Raoul Hausmann

« Raoul Hausmann, une nouvelle histoire de l’art ? » par Cécile Bargues

Raoul Hausmann tenant sa sculpture-assemblage L’Esprit de notre temps

Raoul Hausmann : « La photographie moderne comme processus mental »

Un parcours dans l'exposition “Raoul Hausmann. Un regard en mouvement”

L'autoportrait de Susan Meiselas vu par Dominique Issermann

Muchachos attendant la riposte de la Garde nationale, Matagalpa, Nicaragua

Clara Bouveresse : “Susan Meiselas, passeuse d’images”

Une photographie proposée par le philosophe Étienne Helmer

Julia Margaret Cameron

Bernd Stiegler : Qu’est-ce que la photographie moderne ?

“Objectifs” d'Albert Renger-Patzsch

Un parcours parmi « les choses » d'Albert Renger-Patzsch

Les conséquences de la photographie

“Archivox” de Violaine Lochu

Ali Kazma et Jean-Michel Frodon

Ali Kazma présente “Past”

« Ali Kazma. Souterrain » : le montage d'une exposition

« La vie folle d'Ed van der Elsken » : les coups de cœur de Colin van Heezik

Paulien Oltheten : une interaction visuelle avec Ed van der Elsken

L'Amsterdam polychrome d'Ed van der Elsken

Van der Elsken : jazz

Ed van der Elsken. Un parcours en images.

Ed van der Elsken

Bye d'Ed van der Elsken présenté par Frédéric Worms

Erika Goyarrola Olano : « les adieux d'Ed van der Elsken »

Hripsimé Visser présente “Ed van der Elsken. La vie folle”

Jean-Christophe Bailly et Ismaïl Bahri

‘‘ils m’ont montré ce que je n’avais pas su voir... ’’

Ismaïl Bahri. Instruments

Carnet d'artiste

Eli Lotar, <i>Las Hurdes</i>, vers 1935

Jordana Mendelson : la vision dissidente d’Éli Lotar dans Terre sans pain de Luis Buñuel

Yve-Alain Bois : “Abattoir”

Eli Lotar - un parcours

Lotar / Krull : anticipations parisiennes

Ici, on ne s’amuse pas.

Where does any Miracle start? de Katarzyna Krakowiak Balka

James Benning, rétrospective

Angela Detanico & Rafael Lain : 25 / 24

A Place to Read,

Livret de traduction en français

Collectif Microtruc. Les Trucs

THE WEB 2.0 SUICIDE MACHINE - MODDR

ADM XI.

Victor Burgin

Julia Margaret Cameron

Victor Burgin

Victor Burgin

Julia Margaret Cameron

Capturer la beauté

Victor Burgin

Julia Margaret Cameron

REASSEMBLAGE - TRINH T. MINH-HA

ECOSYSTEM OF EXCESS - PINAR YOLDAS

KINDLEGLITCHER - BENJAMIN GAULON AKA RECYCLISM

KINDLEGLITCHER - BENJAMIN GAULON AKA RECYCLISM

Florentina Hubaldo, CTE

Les très riches heures

Mi piel, luminosa [Ma peau, lumineuse]

Les variations de Nicolás Pereda

Thomas Demand

Dans la chambre de Vanda, 2000 (c) Pedro Costa 1

Pedro Costa

Prendre soin - Autour des films de Haneda Sumiko

Films d'Allemagne(s). 1978-2020

Films d’Allemagne(s). 1978-2020

Guerrilleres Talks

Vivienne Dick

De la cage au cadre

Poème noir de Sylvain George, lu par Valérie Dréville. Avec l'aimable autorisation de l'auteur.

Ces voix qui nous soulèvent

Photo courtesy Sylvain George

Valérie Dréville lit La Vita Bruta de Sylvain George

Philippe Tancelin

“Ce qui nous soulève”. Le séminaire de Georges Didi-Huberman

“Soulèvements” : le montage

1

Penser les soulèvements

Marina Vinyes Albes : “Un bal de silhouettes”

Marie Losier. Confettis atomiques !

Ombres chinoises

Ombres chinoises

FK08

François Kollar. Un ouvrier du regard.

Tina Modotti

Bertille Bak

Tina Modotti

Bertille Bak

Tina Modotti / Bertille Bak

Eija-Liisa Ahtila