fbpx

Le Jeu de Paume

Institution culturelle emblématique du jardin des Tuileries, centre d’art et lieu de référence pour la diffusion de l’image  des XXe et XXIe siècles (photographie, vidéo, art contemporain, cinéma, création en ligne…), le Jeu de Paume a vocation à produire ou coproduire des expositions, mais aussi des cycles de cinéma, colloques, séminaires, activités éducatives ou encore des publications.

Paris, Tours & ailleurs

Avec des expositions qui confèrent une visibilité aux artistes présentés, qu’ils soient reconnus (Richard Avedon, Diane Arbus, Dorothea Lange, Luigi Ghirri, Philippe Halsman, Garry Winogrand, Sally Mann…), méconnus ou émergents (Helena Almeida, Ana Mendieta, Ali Cherri, Marie Losier…), le Jeu de Paume confronte différents récits, historiques ou contemporains, oscillant entre résonance et dissonance. Il attire ainsi un public large et diversifié.

En dehors de son bâtiment parisien, situé place de la Concorde, le Jeu de Paume s’est rapproché de la Ville de Tours pour présenter des expositions à caractère patrimonial valorisant les donations faites à l’État et les fonds d’archives conservés par des institutions publiques et privées, françaises et étrangères. Exposée au Château de Tours depuis 2010, cette programmation a également pour ambition d’aller à la rencontre de nouveaux publics en région.

Parallèlement à ces deux lieux, les expositions organisées par le Jeu de Paume sont présentées dans le monde entier en collaboration, en interaction et en complicité avec d’autres institutions nationales ou internationales, auxquelles l’unissent des affinités électives.

Sur internet, depuis 2007, le Jeu de Paume a souhaité élargir son champ d’expérimentation et de recherche en développant un Espace de Création en ligne, dont la programmation regroupe des projets d’artistes créés spécialement pour le web ou des expositions thématiques confiées à des commissaires spécialisé·e·s en arts numériques.

La programmation cinéma accompagne, quant à elle, nombre d’expositions ou présente des rétrospectives en hommage à des cinéastes de la scène indépendante, française ou étrangère. Axée sur le documentaire, l’essai, l’autobiographie ou l’inédit, cette programmation favorise la rencontre entre cinéastes et artistes.

Succédant au Magazine créé en 2010, le Jeu de Paume lance, en septembre 2021, Palm une nouvelle version en ligne bilingue (français et anglais). Conçu par un comité spécial autour de dossiers semestriels consacrés aux cultures visuelles historiques et contemporaines.

 

Nos missions

Toutes les activités du Jeu de Paume sont nées d’une volonté profonde de transversalité dans l’étude de la culture visuelle et de l’image, la quête ou la réinvention du sens dans tous les domaines de la pensée. En approfondissant les sujets abordés par les expositions ou en traitant de nouvelles thématiques, les conférences, séminaires et colloques ont pour fonction de défricher de nouveaux espaces d’interaction critique.

Avec son espace éducatif modulable, le Jeu de Paume répond aux attentes liées à ses activités, et confirme son ambition de constituer, pour tous les publics, une plateforme active de ressources et de propositions autour de l’éducation à l’image et de l’histoire de la représentation et des arts visuels. Les visites et les formations, les actions en direction des scolaires et des enseignants, ou les activités pour les familles et les jeunes publics constituent les axes principaux de réalisation de ces enjeux. Elles privilégient la participation plutôt que la contemplation, l’échange plutôt que la « colonisation du savoir », le partage plutôt que le monopole des idées. La programmation du Jeu de Paume au Château de Tours permet également de prolonger, hors les murs, la dynamique de ces activités éducatives en région.

Notre structure

Association loi de 1901, le Jeu de Paume est subventionné par le ministère de la Culture ; il bénéficie du soutien de la Manufacture Jaeger-LeCoultre, mécène privilégié.
Il est présidé par Alain Dominique Perrin et dirigé par Quentin Bajac.

Le Jeu de Paume est membre des réseaux Tram et d.c.a, association française de développement des centres d’art.